Jacques Martin

Redaction Ina le 15/09/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 11/09/2017 à 14:32.
Humour Variétés Télévision
Jacques Martin

Jacques Martin nous a quittés il y a dix ans, le 14 septembre 2007. Il possédait de nombreuses cordes à son arc : comédien, humoriste, animateur de radio et de télévision. Avec Michel Drucker et Guy Lux, il fut l'un des animateurs vedettes de la télévision française. Retour en images et en sons sur sa riche et longue carrière...

Débuts satiriques

Jacques Martin est né le 22 juin 1933 à Lyon. Comédien dans l’âme, son choix se porte d’abord vers le théâtre. Il suit à partir de 1949 les cours de Charles Dullin.
Dès 1950, il fait ses premiers pas à la télévision à Télé-Strasbourg. En parallèle, il joue dans une troupe de cabaret satirique. Ce goût pour la satire et la dérision l’accompagnera tout au long de sa carrière.
Repéré par Jacques Chancel qui l’engage à l’ORTF, Jacques Martin crée avec Jean Yanne l'émission « 1 = 3 » qui connaîtra un grand succès populaire avant d’être interrompue à la suite d’un procès.
Malgré ces péripéties judiciaires sa carrière est lancée. De 1969 à 1975, il anime avec Danièle Gilbert les programmes télévisés du midi avec et avec Evelyne Pagès, une émission de variété intitulée « Taratata », mêlant variétés et sketches.

Music Hall, cinéma et radio

En parallèle, il se produit dans plusieurs spectacles de variétés, dévoilant un autre de ses talents : le chant. (1ère partie de Jacques Brel à l'Olympia. Spectacle de variétés parodiques à Bobino).
Dans un tout autre registre, en 1978, il interprète le rôle du roi Ménélas dans l'opérette La Belle Hélène.
Notre homme ne s’arrête pas là et se lance dans le cinéma. En 1973, il réalise le film Na ! Il joue aussi l’acteur pour quelques films : Sex-shop (1972), Le Rescapé de Tikéroa (1983) et La Passante du Sans-Souci (1982).
Parallèlement, il anime avec son complice Jean Yanne, une émission radiophonique quotidienne sur RTL. Plus tard, il participera régulièrement, aux « Grosses Têtes », l'émission de Philippe Bouvard, puis à l'émission « On va s'gêner » de Laurent Ruquier sur Europe 1.

Monsieur dimanche

La télévision va en faire son « homme du dimanche ».
En 1974, l’animateur lance dans une émission originale, alliant satire et humour : « Le Petit Rapporteur », parodie de journal télévisé diffusée chaque dimanche sur la 1ère chaîne.
Trois ans plus tard, le concept et l’homme sont repris par Antenne 2 avec l’émission « La Lorgnette » puis en 1978, « Bon Dimanche ».
Plusieurs séquences cultes s'y enchaînent. Un jeu, « Ces messieurs nous disent », « L'école des fans », dans laquelle des enfants viennent interpréter les chansons d'un artiste, « Contre Ut » et « Musique and Music ».
Après une pause télévisuelle, la 2ème chaîne lui confie à nouveau sa tranche du dimanche. Il l’animera de 1980 à 1998. Même recette, même succès : « Entrez les artistes » (magazines culturels animés avec Daniel Patte), « L’école des fans », « Incroyable mais vrai », « Le monde est à vous », et en dernière saison « Sous vos applaudissements ».
Jacques Martin lancera dans cette tranche une foule d’humoristes et d’animateurs devenus célèbres : Laurent Gerra, Virginie Lemoine, Laurent Ruquier, Julien Courbet ou Laurent Baffie.

L’homme brisé

En 1998, apprenant la décision de France 2 d'arrêter son programme du dimanche, l’animateur est victime d'un accident vasculaire cérébral qui le laisse partiellement paralysé et l'oblige à interrompre ses émissions.
Il ne reparaitra que ponctuellement à la télévision et s’éteint le 14 septembre 2007 des suites d'un cancer généralisé.
Ina.fr vous propose de revenir sur les grands moments d’une carrière très éclectique et de découvrir, en images, l’incroyable étendue des talents de cet homme orchestre.

Jacques Martin_0