La première comédie musicale française

Irma la douce est la première comédie musicale française jamais montée. À l'origine, c'était une courte pièce en deux actes d'Alexandre Breffort, intitulée "Les Harengs terribles" qui connut un succès mitigé.

En 1955, Marguerite Monnot décide de la mettre en musique. Elle est créée dès l'année suivante au théâtre Brémont.

Cette comédie bien représentative du Paris des années 50 raconte l'histoire d'un étudiant en droit fauché, Nestor le Fripé, qui tombe amoureux d'une prostituée, Irma la Douce, et devient son protecteur.

Après avoir proposé le rôle-titre à plusieurs vedettes en vue de l'époque dont Juliette Gréco, Marguerite Monnot suggère de le confier à une jeune interprète peu connue, Colette Renard.

En 1958, elle revient sur ses débuts et ce rôle clé. (Audio)

L'interprète fait ainsi ses débuts de comédienne, aux côtés d'acteurs plus confirmés comme Michel Roux. Ce rôle lui apporte la notoriété.

En 1961, à l'occasion de la 1000e représentation, l'auteur Alexandre Breffort, en compagnie de Colette Renard et de Michel Roux, revient sur la genèse de cette œuvre. (Audio)

Des chansons culte

La comédie musicale connait un énorme succès en France. Chaque chanson devient un tube, notamment "Avec les anges", interprétés par Colette Renard et Michel Drucker en 1984.

En 1956, les deux comédiens présentent deux extraits de la pièce musicale : "Avec les anges" puis "Ah dis donc, dis donc, dis donc, c'que tu m'plais".

En 1969, la chanteuse interprète l'un des titres du spectacle, "Irma la douce"

Un succès jamais démenti

Elle reste quatre ans à l'affiche (962 représentations) puis est reprise en 1967, à l'Athénée avec Franck Fernandel dans le rôle de Nestor.

Son succès traverse les frontières. Adaptée en anglais, elle remporte le même succès à partir de 1958 à Londres dans une mise en scène de Peter Brook, puis à Broadway.

Elle est adaptée en 1963 au cinéma par Billy Wilder et I. A. L. Diamond, sous forme de film non musical avec Jack Lemmon et Shirley MacLaine.

Depuis, Irma a été remontée à plusieurs reprises.

En 1977, au théâtre Fontaine, avec Joëlle Vauthier et Georges Beller.

Le journal parlé de France Inter consacre 10 minutes à cette reprise, le metteur en scène René Dupuy évoque cette "œuvre à part" de Breffort. (Audio)

Joëlle Vauthier évoque cette lourde succession. Extraits du spectacle.

En 2000, au théâtre national de Chaillot dans une mise en scène de Jérôme Savary avec Clotilde Courau (Irma) et Arnaud Giovaninetti (Nestor)

Enfin, à l'Opéra-Comique en 2001-2002.

Rédaction Ina le 02/09/2015 à 11:11. Dernière mise à jour le 02/09/2015 à 11:16.
Arts du spectacle Art et Culture Variétés