Igor Barrère est mort le 24 juin 2001. Journaliste et réalisateur pour la télévision, au début de sa carrière, il fut aussi interne en médecine et créa le premier magazine médical télévisé. Il raconte ici une extraordinaire anecdote sur la fabrication de sa première émission.

Igor Barrère fut un véritable homme-orchestre. Passionné de cinéma, au début des années 50, le jeune homme né en 1931 devient l'assistant de René Clair et d'Orson Welles. Il va rapidement quitter les plateaux de cinéma pour ceux de la toute récente télévision, en qualité de journaliste. Il fait ses armes aux côtés des "trois Pierre" : Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet et Pierre Lazareff qui travaillent à l'époque sur la mise en place d'émissions médicales. Igor Barrère est l'homme parfait pour ce type de programmes puisqu’il suit, en parallèle de son travail à la télévision, des études de médecine auprès des plus grands professeurs de l'époque, tels Jean Bernard, ou le professeur Jean Hamburger. Joignant l'utile à l'agréable, il propose alors d'aller filmer des opérations en direct pour montrer aux Français les progrès de la médecine et de la chirurgie. Ses pairs acceptent d'accueillir les caméras dans les blocs, mais à une seule condition, que le jeune homme poursuive ses études de médecine et se serve de ses documentaires pour préparer sa thèse. Marché conclu. "Médicales", sera la première émission du genre sur la RTF. Elle sera diffusée sous différents titres à partir de 1956, jusqu'en 1984.

"Il m'a avalé d'endoscope au bout duquel se trouvait une caméra de télévision"

Dans cette interview du 11 juin 2000, diffusée dans "Télé notre histoire", Igor Barrère revient sur ses débuts et raconte comment il parvînt à concilier ses études de médecine à son métier de réalisateur. Il dévoile notamment les coulisses d'une émission diffusée le 2 juillet 1962, dans le magazine "Emission médicale". C'était la première fois qu'une caméra allait filmer une endoscopie dans un bloc. A l'époque, cette nouvelle technique est encore dangereuse, elle implique de rentrer un long tube rigide dans la gorge, puis dans la trachée d'un patient. Un vrai casse-tête comme il le raconte lui-même : "C'était le début des endoscopies qui permettaient aux médecins d'aller voir dans la trachée ou l'œsophage mais elles étaient rigides, c’est-à-dire que l'endoscope était une épée en quelque sorte qu'on vous rentrait dans la gorge…".

L'accord des professeurs obtenu, il lui faut donc trouver un "patient" consentant. Il pense d'abord demander à un interne ou un externe de servir de cobaye, ce qui pose trop de problèmes déontologiques. Il va alors avoir une idée de génie qu'il raconte ici : "Je crois que c'est la seule bonne idée de ma vie que j'ai eue pour devenir réalisateur de télévision". Il se rend à Pigalle et déniche sur place un avaleur de sabre, "et c'est un avaleur de sabre qui m'a avalé l'endoscope en direct"… toujours aussi enthousiaste au souvenir de cet exploit, il ajoute : "Ça a été probablement l'un des événements les plus grands dans ma carrière..."

Revivez l'endoscopie comme si vous étiez au bloc

Nous vous proposons à présent de découvrir le passage en question. Âme sensibles s'abstenir...

La caméra est déjà plongée dans l'œsophage lorsque débute l'extrait. Nous sommes à 28 cm dans le corps de l'avaleur de sabre. Il subit sans "broncher" sa bronchoscopie. Une fois l'examen terminé, le "patient" répond immédiatement à la question que tout le monde se pose : "Vous avez eu mal monsieur ?".

Après cette première réussite, pendant les trois années suivantes, Igor Barrère va réaliser une émission médicale par mois, sorte de cours particuliers qui constituèrent le socle de sa thèse de médecine sur la mémoire, qu'il obtint avec succès. Igor Barrère produira au cours de sa longue carrière de multiples émissions d'information, de débats, mais aussi de divertissement comme les célèbres "La Tête et les Jambes" ou "La Caméra invisible", d'abord pour la RTF puis  l'ORTF, et pour TF1. Il produira également des émissions pour La Cinquième et TF1 comme "Histoires naturelles" entre 1982 et 2009.

Florence Dartois

Pour aller plus loin :

Dans ce second extrait, un vrai patient subit une oesophagosopie. Il ingère une sonde en gomme dans une gaine en plastique, puis on lui introduit l'oesophagoscope qui filme l'intérieur de l'oesophage où se trouve une tumeur.

La belle télévision : quarante ans de télévision : Pierre Desgraupes et et Igor Barrère : l'arrêt de "Cinq colonnes à la une". (17 juillet 1990)

Retrouvez l'intégralité de l'entretien avec Igor Barrère sur madelen, l'offre SVOD en illimité de l'ina. Journaliste et réalisateur passionné par la télévision, Igor Barrère a toujours perçu ce médium comme un moyen d’expression extraordinaire. Se considérant comme un metteur en scène du réel, il en a tiré le meilleur en filmant des moments uniques et étonnants. Il critique l’intervention du pouvoir dans les médias et partage ses anecdotes. (0H55 — 11-06-2000 — Réal : Dominique Froissant)

Rédaction Ina le 21/06/2021 à 18:46. Dernière mise à jour le 24/06/2021 à 15:18.
Médias Télévision Médecine, Santé