Françoise Dolto, pionnière de la psychanalyse de l'enfant, a su rendre intelligible le monde des enfance. Portrait d'une praticienne ardente et animée décédée le 25 août 1988.

La vulgarisation psychanalytique

« Mes conseils sont plus ceux d'une grand-mère que d'une psychanalyste ». C'est avec simplicité et chaleur que Françoise Dolto a su faire entrer la psychanalyse dans notre quotidien. Convaincue que l'éducation des enfants n'est ni le « laisser-aller » ni le « y a qu'à » mais une œuvre d'écoute, de bon sens et d'amour, Françoise Dolto est convaincante.

Son intention : devenir "médecin d'éducation"

Seule fille d'une famille de sept enfants, Françoise Marette voit le jour le 6 novembre 1908. Très jeune, elle souhaite devenir « médecin d'éducation ». Mais pas facile d'imposer son choix dans une famille qui pousse les garçons aux études et aux filles... à rester à la maison. Peu importe, Françoise s'acharne et devient, en 1937, l'une des premières psychanalystes françaises, aidée en cela par son professeur René Laforgue.

Un terrain d'analyse : l'enfance

Très investie dans son « art » de décrypter les troubles psychiques, elle participe avec son ami Jacques Lacan à la fondation de la Société française de psychanalyse en 1953 et adhère à l'École freudienne de Paris en 1963.
D'un naturel dynamique, elle décide de consacrer son œuvre au plus passionnant mais aussi le plus délicat des problèmes : le rapport avec les enfants. Car, si faire des enfants n'est à priori pas très compliqué, les élever s'avère être une entreprise bien plus périlleuse...
C'est dotée d'une intuition remarquable alliée à une connaissance instinctive de l'enfance qu'elle commence à défricher un univers psychanalytique vierge d'investigation.

La médiatisation de ses concepts

Grâce à son parler clair et son souci du faire savoir, Françoise – devenue Dolto après son mariage avec Boris – investit les foyers. Elle devient célèbre grâce à ses livres mais aussi ses causeries radiophoniques sur France Inter, au cours desquelles elle répond aux lettres des parents en difficulté avec leurs enfants.
Et son message traverse les générations. Car désormais quel père ou quelle mère ignore que « le bébé est une personne », qu'il a une « vie intra-utérine », que « tout se joue avant cinq ans » ou qu' « il n'y a pas de mauvaise mère » ? Des expressions pleines de sens dont la maternité revient à Françoise Dolto.

Un enfant égale un adulte

La "grand-mère" de la psychanalyse disparaît le 25 août 1988 en laissant derrière elle les Maisons vertes : des crèches de socialisation où les moins de 3 ans viennent rencontrer d'autres enfants en compagnie de leurs parents. Mais c'est définitivement par l'idée que "l'enfant est à égalité d'être avec un adulte et que, ce faisant, il est un analysant à part entière" que Françoise Dolto marque les esprits...

Pour aller plus loin

Françoise Dolto : figure emblématique de la la psychanalyse de l'enfance,  Françoise Dolto est reconnue pour son travail théorique comme pour sa pratique de l’analyse auprès des enfants. Retrouvez sa pensée dans ce pack de 7 documents dont 5 sont issues de l’émission radio de France Culture de 1987, Les chemins de la connaissance. (Audio, pack)

Françoise Dolto: (Pack de 3 vidéos) Questionnaire (1977 - 57min) Jean-Louis Servan-Schreiber s'entretient avec Françoise Dolto sur le thème du "métier de parents".

L'invité de FR3 (1980 - 55min) Elle évoque l'échec de l'année de l'enfance, le rôle des parents dans l'éducation et celui de l'éducateur, l'amour père-fils dans la littérature, l'importance des premiers pas chez l'enfant.

Apostrophes (1987 - 68min) A l'occasion de la parution d'"Enfances" de Françoise Dolto, Bernard Pivot s'est entretenu avec la célèbre psychanalyste chez elle dans son cabinet, et, à travers sa vie familiale et sa vie professionnelle.

Rédaction Ina le 22/08/2008 à 00:00. Dernière mise à jour le 25/06/2018 à 15:13.
Sciences humaines