François Truffaut nous quittait le 21 octobre 1984. D'abord critique de cinéma, il s'oriente vers la réalisation et la production. Partisan d'un cinéma plus libre et moderne, il est l'un des initiateurs du mouvement de la Nouvelle Vague. Portrait.

Un ciné-club à 14 ans

François Truffaut est né le 6 février 1932 à Paris. Enfant solitaire et perturbé, il délaisse vite les bancs de l'école pour se consacrer à sa véritable passion : le cinéma. A 14 ans, il s'endette pour fonder son propre ciné-club, le
« cercle-cinéma », qui ne survivra malheureusement pas à la première projection. Engagé volontaire, l'adolescent est envoyé dans une prison militaire à la suite d'une tentative de désertion. Il est alors recueilli par le critique de cinéma André Bazin qu'il considère comme son père.

Cofondateur des « Cahiers du Cinéma », Bazin l'embauche comme critique dans son journal.

En 1957, François Truffaut fait le grand saut : il réalise son premier court-métrage, « Les Mistons », et fonde sa propre société de production, « Les Films du Carrosse ».

La Nouvelle Vague

En parallèle de sa carrière de réalisateur et de producteur, François Truffaut conserve ses activités au sein des « Cahiers du Cinéma ». Il y publie notamment un article intitulé « une certaine tendance du cinéma français », dans lequel il souligne entre autres l'importance de la fonction du metteur en scène en tant que véritable auteur d'un film. Cet article est considéré par beaucoup comme l'acte de naissance du mouvement de la « Nouvelle Vague ».

Soutenu par Jacques Rivette, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol et Eric Rohmer, cette nouvelle façon de faire du cinéma s'oppose à l'immobilisme de l'industrie cinématographique. Pour dépasser le cinéma traditionnel, ils transgressent les lois classiques en pratiquant un montage éclaté, un tournage hors studio ou de fausses coupes.

Un tournage par an

En 1959, son premier long-métrage, « Les 400 Coups », s'inscrit dans la mouvance de la « Nouvelle Vague ». Le film, qui obtient le prix de la meilleure mise en scène au Festival de Cannes en 1959, marque le début d'une longue collaboration avec l'acteur Jean-Pierre Léaud, qu'il fera notamment jouer dans « Antoine et Colette » en 1961.

François Truffaut a réalisé vingt-et-un longs-métrages - à raison d'un tournage par an jusqu'en 1982 - parmi lesquels figurent : « Tirez sur le pianiste » en 1961 avec Charles Aznavour, « La nuit américaine » en 1973, qui lui vaudra l'Oscar du meilleur film étranger, et « Le Dernier Métro » en 1980.

Après avoir longuement travaillé à l'édition définitive d'un livre sur Alfred Hitchcock, il est victime au cours de l'été 1983 d'une hémorragie cérébrale.

François Truffaut décède un an plus tard, le 21 octobre 1984, à l'hôpital américain de Neuilly.

En 1988, Claude Miller, son directeur de production sur de nombreux films, réalise « La petite voleuse ». Le dernier scénario auquel il avait participé.

A écouter également : 

François Truffaut au micro de Jacques Chancel dans l'émission Radioscopie

Rédaction Ina le 20/10/2009 à 18:42. Dernière mise à jour le 21/10/2019 à 10:23.
Cinéma