Etre une femme

"On ne naît pas femme, on le devient". Une phrase, huit mots devenus symboliques. Leur créatrice : Simone de Beauvoir. Celle qui était connue pour être "femme de", est aussi celle qui a bousculé les préceptes d'une condition féminine trop étriquée. Elle demeure la figure de proue du combat féministe du XXe siècle. Un combat qu'elle semble avoir porté en elle toute sa vie, y compris depuis son enfance.

Née le 9 janvier 1908, elle est élevée à Paris dans une famille bourgeoise. Pourtant, elle refuse l'éducation stricte d'une jeune fille de bonne famille. Elle se découvre une passion : la philosophie. De nombreux diplômes en poche (licence de littérature, grec, latin, philosophie, mathématiques), elle choisit de s'inscrire à la faculté des lettres de la capitale. Elle y rencontre Jean-Paul Sartre.

Une amoureuse indépendante

Entre les deux, c'est le début d'une relation mythique. Une relation faite de réciprocité et de partage intellectuel. Elle sera son "amour nécessaire", en opposition aux "amours contingentes" qu'ils seront amenés à connaître chacun de leur côté. Leur histoire est unique et… moderne. Ils s'accordent une liberté mutuelle et ne vivent pas sous le même toit. Simone de Beauvoir sera l'éternelle compagne du célèbre philosophe. Mais elle reste une femme indépendante.
Cette situation illustre parfaitement ses positions quant à la condition féminine de l'époque : la femme peut se construire en tant qu'individu, sans subir le joug marital. C'est cette trame existentialiste que Simone de Beauvoir choisit pour son essai sensation, Le Deuxième sexe.

Une auteure engagée

Ainsi, en 1949, Simone de Beauvoir scandalise la haute société. Mais elle est soutenue par une poignée d'intellectuels. Son ouvrage deviendra le socle des premiers mouvements féministes, et elle, une auteure engagée.
Couronnée du prix Goncourt en 1954 pour Les Mandarins, Simone de Beauvoir est lue à travers le monde. (Playlist)

Elle entreprend son autobiographie à partir de l'année 1958 : elle y décrit un milieu bourgeois rempli de préjugés et de traditions avilissantes pour la femme.

En 1964, elle n'hésite pas à s'exprimer sur le sujet de l'euthanasie dans Une Mort très douce, qui retrace le décès de sa mère.

Quelques années plus tard, elle est à l'origine du "Manifeste des 343 salopes", un texte en faveur du droit à l'avortement.

Avec Gisèle Halimi, elle fonde le mouvement Choisir, dont le rôle a été déterminant pour la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse. Simone de Beauvoir est une femme influente… et fragile à la fois.

La voix de millions de femmes

En 1980, Jean-Paul Sartre décède. Cette perte consumera Simone de Beauvoir à petit feu. Bien que soutenue par sa fille adoptive Sylvie Le Bon-de Beauvoir, elle poursuit sa vie avec fatalisme : "Sa mort nous sépare. Ma mort ne nous réunira pas. C'est ainsi ; il est déjà beau que nos vies aient pu si longtemps s'accorder. "
Elle rejoindra son compagnon le 14 avril 1986. Ses funérailles seront aussi grandioses que celles de Sartre et suivies par des femmes du monde entier.

beauvoir620

Pour aller plus loin : 

4 packs Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir à la radio

Rédaction Ina le 04/01/2008 à 00:00. Dernière mise à jour le 10/04/2018 à 11:56.
Littérature