Bonne fête à tous les papas ! En 1950, les Actualités Françaises proposaient un sujet humoristique sur la fête des pères. "Ah oui ! Nous ne l'avons pas volé notre fête des pères !"

"Nous l'avons aussi notre fête des pères ! Nous, dont le lot est de souffrir en silence...", cette phrase en tête de ce reportage des "Actualités Françaises" du 22 juin 1950, nous met directement dans l'ambiance de ce sujet décalé et nous indique une chose : la fête des pères était ardemment attendue par les intéressés. Les papas étaient donc jaloux des mamans en 1950 ? Oui, car elles étaient fêtées depuis la fin de la Première Guerre mondiale de manière disparate selon les régions, et officiellement célébrées depuis 1942, sous l’impulsion du régime de Vichy et du maréchal Pétain, qui appelait les Français à célébrer la maternité et les femmes à offrir des enfants à la Nation: "Vous seules, savez donner à tous ce goût du travail, ce sens de la discipline, de la modestie, du respect qui font les hommes sains et les peuples forts. Vous êtes les inspiratrices de notre civilisation chrétienne". Mais cette fête ne sera officialisée qu'après-guerre par la loi du 24 mai 1950 disposant que "la République française rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d'une journée consacrée à la célébration de la "fête des Mères". 

Il ne faudra donc attendre qu'un mois pour que les pères français obtiennent leur propre fête. Cette parodie de reportage ironise sur le sort peu enviable des pères obligés de tout gérer au foyer... Ce qui, bien-sûr, ne correspondait pas du tout à la réalité des familles françaises de l'époque. Les femmes supportaient alors la charge entière de l'éducation des enfants et de la tenue du foyer. C'est ce qui rend cette farce des "Actualités Française" si amusante, aujourd'hui encore, où la charge mentale des femmes est toujours d'actualité. Nous plaindrons donc, avec les journalistes responsables de ce sujet décalé, le sort de ces pères de familles des années 50 ;-) Et nous partagerons avec eux le bonheur de recevoir les si jolis cadeaux de leur progéniture attentionnée, notamment le fameux briquet.

Un briquet à l'origine de la fête des pères

La fête des pères ne doit sa création ni à vichy, ni même à une loi mais à un fabriquant de briquets ! Car, bien évidemment, comme on peut le voir dans le sujet : tous les papas fumaient à l'époque ! Si le héros du reportage fume la pipe, il lui fallait sans aucun doute l'allumer. En 1950, Marcel Quercia, directeur de la célèbre société bretonne Flaminaire, a la brillante idée de créer un coup commercial pour augmenter son chiffre d'affaire. Il va lancer une fête des pères pour pouvoir augmenter les ventes de ses briquets à gaz. Dans un article paru dans Ouest-France en juin 2015, trois anciens ouvriers de l'entreprise revenaient sur cette idée marketing de génie : "Nous réalisions 50 % de notre chiffre d'affaires de la fin août jusqu'aux fêtes de Noël, expliquait alors Jacques Renaud, ancien directeur commercial. Notre supérieur, Renaud Carmet, était un battant : il se creusait la tête pour relancer le commerce en juin, une période très creuse." Le directeur demande à cent de ses meilleurs clients d'afficher le slogan "Nos papas nous l'ont dit, pour la fête des pères, ils désirent tous un Flaminaire" sur leurs devantures, partout en France. Et le succès va être immédiat ! 

La fête sera reconduite et même inscrite dès l'année suivante sur les calendriers de l'imprimerie Oberthur. L'Etat reconnaîtra cette opération commerciale de manière officielle dès 1952. Quoi qu'il en soit, n'oubliez pas de souhaiter une bonne fête à votre papa, sans briquet si possible...

Florence Dartois

Rédaction Ina le 18/06/2021 à 15:38. Dernière mise à jour le 18/06/2021 à 15:44.
Economie et société