Dans sa matinale du 16 septembre 2019, France Inter a diffusé une interview d'Edward Snowden. Le 6 juin 2013, cet informaticien de 30 ans, ancien employé de la CIA et de la NSA, dévoilait un programme de surveillance répondant à l'acronyme de PRISM. Derrière ces initiales se cachait un système d'espionnage mondial des Américains et des autres états du monde. Retour en images sur des révélations fracassantes.

La notion de "big brother", chère à Orwell, trouve ici son aboutissement le plus retentissant. Snowden explique qu'il avait la capacité d'espionner chaque téléphone, ordinateur ou tablette de n'importe quel citoyen, qu'il soit simple quidam ou dignitaire. Le lanceur d'alerte déclare alors que son seul objectif était "de dire au public ce qui est fait en son nom et ce qui est fait contre lui".

Tous espionnés !

En octobre 2013, le journal Le Monde révèle des écrits de Snowden dans lequel il explique que la surveillance du NSA concerne tout le monde et tous les pays, même les alliés.

Barak Obama doit faire face à une polémique qui prend de l'ampleur et faire une déclaration officielle.

Ces révélations suscitent l'étonnement, la consternation puis la colère des dirigeants européens.

Quelques mois plus tard, le lanceur d'alerte dévoile que les plus hauts dirigeants européens, que ce soit Angela Merkel ou François Hollande ont été ciblés par les "grandes oreilles", ainsi que la quasi totalité des représentants de l'Union européenne...

En France, en juillet 2013, la Ligue des Droits de l'Homme porte plainte contre la NSA.

Des déclarations sont faites... Barak Obama attendra trois mois, août 2013,  pour réagir à ces accusations, alors que son secrétaire d'Etat John Kerry reconnaîtra à contre-coeur des débordements impardonnables...

En décembre 2014, Edward Snowden, invité par Amnesty International via une vidéoconférence. Il s'exprime pour la première fois de son exil : "Il est essentiel que l'on protège les lanceurs d'alerte aux USA mais aussi dans des pays comme la France qui reconnait et protège les droits de l'homme".

Une cavale digne d'un film d'espionnage

Alors que des organisations des Droits de l'Homme portent plainte contre X, Edward Snowden, obligé de fuir, à Hong Kong dans un premier temps, au Venezuela demandera finalement l'asile politique à la Russie. Les relations entre les deux pays sont tendus.

Aucun pays d'Europe de l'Ouest, pas même la France, à qui il avait fait une demande de réfugié politique ne daignera lui tendre la main.

En mars 2015, un documentaire consacré à Snowden obtient un oscar. Il décrypte l'affaire Snowden à l'aide de l'intéressé.

Désormais fer de lance des lanceurs d'alerte, c'est depuis la patrie de Poutine qu'il continue son combat.

Pour aller plus loin

snowden620

Interactiv' : table ronde sur la surveillance des communications (France Inter, 13 juin 2013)

L'invité d'Inter : Christophe Deloir à propos de l'affaire Prism (France Inter, radio filmée, 16 juin 2013)

Les moyens technologiques utilisés par la NSA pour espionner (30 juin 2013)

Wikileaks. Tout commence le 27 juillet 2010. Le site Internet Wikileaks de Julian Assange publie 400.000 documents estampillés secret défense qui mettent en cause les forces américaines en Irak...  (playlist)

Enquête "Big brother". Quoique l'on fasse et recherche sur internet, tout est contrôlé. Cela grâce au réseau Echelon. Nous sommes sur écoute téléphonique. Les fournisseurs d'accès conservent nos données pendant 12 mois. Même les étudiants ont leurs copies vérifiées sur internet...

Echelon : les grandes oreilles de la NSA. A l'époque la CEE dénonçait déjà les agissements de la NSA à travers Echelon. (1998)

Rédaction Ina le 26/10/2016 à 11:26. Dernière mise à jour le 16/09/2019 à 11:46.
Economie et société