L'émission des noctambules présentée par Macha Béranger a quitté les ondes de France Inter le 30 juin 2006 après presque 30 ans de diffusion. Sa voix envoûtante accompagnait les "sans sommeil" depuis 1977. Un an après la création du programme, l'animatrice dévoilait les coulisses de ses nuits sans sommeil.

Lorsque "Allo Macha" débute le 5 avril 1977, les auditeurs de France Inter ne s'imaginent pas encore qu'ils resteront fidèles à leur animatrice et productrice, Macha Béranger, durant 29 ans. Après s'être essayée au théâtre et à la chanson, celle qui va devenir l'une des voix emblématiques de la station publique invente un concept d'émission inédit. Chaque nuit, lorsque la ville s'endort, entre minuit et trois heures du matin, Macha part à la rencontre de ceux qu'elle surnommera ses "sans sommeil". Par téléphone, elle noue avec eux un dialogue intimiste. Son grand talent c'est l'écoute, l'empathie. Elle répond aux isolés, aux déprimés, aux solitaires, aux amoureux des heures sombres. 

Dans la semi-obscurité, Macha instaure une ambiance feutrée : pas d'émission sans sa petite lampe de chevet fétiche, son petit chien tranquillement endormi sur le canapé du studio ou son chapeau soigneusement choisi. Les auditeurs ne voient pas cette mise-en-scène raffinée mais ressentent la quiétude du studio à travers la voix posée de leur hôtesse radiophonique. 

Dans l'archive que nous vous proposons ici, nous pénétrons dans les coulisses de l'émission, un an tout juste après sa création. Le 14 septembre 1978, l'émission "Aujourd'hui madame" nous dévoilait les secrets d'un succès. Le reportage débute au standard où Jean-François le standardiste accueille les premiers auditeurs noctambules. En studio, Macha Béranger débute son émission qui s'achèvera à trois heures du matin. Sa voix est moins rauque que celle des années 2000. Elle est douce et chaude. La productrice se lance dans ses longues conversations nocturnes. Au standard, Jean-François rappelle les chanceux qui vont pouvoir se confier ce soir à l'antenne : "Vous n'oublierez pas de me laisser votre adresse, si des auditeurs veulent vous écrire…". Sur les ondes de France Inter, entre 1977 et 2006, aucun auditeur ne se sentira jamais esseulé. Certains même fraterniseront. Ils rejoindront une communauté de voix nocturnes, dénuées de jugement. Ils écouteront des milliers de confidences, d'états d'âmes avoués sans complexe et écoutés avec bienveillance.

Retour en studio, au micro, Macha s'entretient avec Rosa, une jeune femme qui a tenté de se suicider "avec un couteau dans le ventre…" . "J'aimerais trouver quelque chose qui me raccroche à la vie…", déclare-t'elle. Macha l'interroge : "Qu'est-ce que vous souhaiteriez trouver… Vous avez peut-être envie de vous raconter, de réfléchir tout haut, d'analyser vos pensées avec quelqu'un, je vous rappelle que je suis là jusqu'à trois heures du matin".

"Mon émission, c'est l'auberge de l'âme...".

En 1996, Macha Béranger est toujours à l'antenne chaque nuit. La voix est désormais plus rauque mais toujours aussi chaleureuse. Elle évoque ici sa relation aux auditeurs dans un reportage diffusée dans l'émission "Lignes de mire" et présentée par un autre géant de la radio, Jacques Chancel. A l'époque, plus de 40 000 personnes ont pu s'exprimer à cœur ouvert. "On peut parler de tout, j'admire toujours la délicatesse des auditeurs pour parler de sujets très, très… même de sexualité avec des mots élégants. On peut parler de tout avec une certaine tenue".

Sa grande fierté, c'est peut-être cette amitié indéfectible nouée avec les "sans sommeil", une communauté solidaire, à l'image de Sacha, un habitué, qui souligne les dons d'écoute de son animatrice fétiche. Pour Macha, pas d’ambiguïté, son émission est d'intérêt public, d'ailleurs, plaisante-t'elle : "Il y a les Restos du cœur et mon émission, c'est l'auberge de l'âme, ou le plus grand magasin du bon-dieu, ça dépend."

 

"Ceux qui m'écoutent sont au lit, ceux qui m'appellent ne sont pas au lit…"

En mars 2002, dans l'émission "Thé ou café" de Catherine Ceylac, l'oiseau de nuit de France Inter a toujours la même allure raffinée, avec son indéboulonnable casquette et sa voix de stentor. Pour son interview, Catherine Ceylac la reçoit sur un lit... pour l'interroger sur le thème du sommeil, à travers les souvenirs d'enfance liés au lit et à la chambre à coucher. La symbolique du lit, enfant, il symbolisait pour elle "la petite mort", avec la peur de dormir et de mourir en dormant. Elle confie ne toujours pas pouvoir dormir dans le noir. Le sommeil a toujours été une perte de temps pour elle, "je m'étais fait une promesse quand j'étais petite, c'est de ne jamais me coucher de bonne heure et de toujours parler et le hasard m'a gâté". Quant à ses auditeurs, elle l'affirme : "Ceux qui m'écoutent sont au lit, ceux qui m'appellent ne sont pas au lit…".

 

En trois décennies, près de 100 000 "sans-sommeil", anonymes le plus souvent, parfois connus, auront partagé les nuits de Macha Béranger.

Florence Dartois

Pour aller plus loin :

Inter actualités de 13H00 : Macha Béranger, invitée d'Inter-Actualités. Macha Béranger, animatrice de l'émission de France-Inter "Allo Macha", est interviewée par Yves Mourousi : elle évoque les 4000 auditeurs entendus dans son émission depuis trois ans, l'atmosphère de son émission "Allo Macha", son aptitude à écouter, l'extrême variété de ses auditeurs, ce dont ils parlent le plus. (France Inter, 5 avril 1980) 

Au bonheur du jour : Macha Béranger reçoit Alain Delon. A propos de son enfance. Macha Béranger s'entretient avec Alain Delon avec émotion. L'acteur parle de son enfance et de son adolescence, de ses parents, de son engagement pour l'Indochine à 17 ans. Il évoque sa personnalité, son côté autoritaire, volontaire et ambitieux, ses motivations pour l'être aimé. (France Inter, 28 août 1982) 

Au bonheur du jour : Macha Béranger reçoit Alain Delon. Il évoque son image auprès des femmes, il fait partie d'une race d'hommes qui disparaît, son sens du clan qu'il recherche et qui lui a manqué dans son enfance, le rôle important de Mireille Darc dans sa vie, le terme "macho". Aime que sa compagne provoque le désir chez les autres malgré sa jalousie. (France Inter, 28 août 1982)

Allo Macha. Macha Béranger reçoit Jean-François Vézina, psychologue et président du Cercle Jungien du Québec, à l'occasion de la sortie de son livre "Les hasards nécessaires". Discussion autour du thème de la rencontre, du hasard, de la synchronicité, des rencontres nécessaires et des signes signifiants. (Audio, 31 mai 2002)

Allo Macha. Jean-François Vézina : les signes ont-ils un sens ? Macha Béranger reçoit Jean-François Vézina, psychologue et président du Cercle Jungien du Québec, à l'occasion de la sortie de son livre "Les hasards nécessaires". Discussion autour du thème de la rencontre, du hasard, de la synchronicité, des rencontres nécessaires et des signes signifiants. Macha lui raconte un synchronisme lié à son histoire personnelle. (Audio, 31 mai 2002) 

A découvrir sur madelen : 

Allô Macha : Louis de Funès. Au micro de Macha Béranger, Louis de Funès parle, entre autres, de son implication dans le tournage de La Soupe aux choux, de sa réputation de radin, de l'enfant qu'il était, de sa passion pour la nature... Fidèle à sa nature comique, il déclenche de nombreux éclats de rire chez l'animatrice. (Audio, 0H48 — 12-12-1981)

Allô Macha : Louis de Funès. D'ordinaire peu à l'aise avec les interviews, Louis de Funès accepte de son confier à Macha Béranger. Elle le questionne sur son enfance, ses parents, son don comique, sa famille, sur la place de la religion dans sa vie. L'acteur évoque aussi son passé de pianiste de jazz et les artistes qu'il admire. (audio, 0H55 — 27-06-1981)

Allo Macha. Dans les sous-sols d'un parking, un gardien de nuit, Roger, téléphone à Macha Béranger, qui anime "Allo Macha", une émission de confidences la nuit sur France Inter. Roger -interprété par Roland Dubillard- revit ou rêve sa vie en la racontant. (0H16 — 16-03-1982 — Réal : Claude Ventura)

Rédaction Ina le 28/06/2021 à 18:22. Dernière mise à jour le 29/06/2021 à 11:25.
Médias Radio