gruss 312

Chez les Grüss, il n’y a pas de vedettes. Il faut savoir tout faire : « manier le lasso et le fouet, jongler sur un fil d’équilibriste, ou devenir magicien chaque soir. Il faut également participer à toutes les tâches quotidiennes : ventes de billets et de programmes, soins aux animaux et révision du matériel. » A chaque spectacle, il faut plaire au public tout en s’amusant.

La tradition est au cœur du système Grüss : hiérarchie et respect des aînés sont les maitres mots de  cette famille de cirque.

Souvent chassée des centres-villes, la famille Grüss collabore avec Silvia Montfort qui se bat pour la reconnaissance de l’art circassien auprès des autorités. En 1982, Grüss devient le premier cirque national français.

Voyage dans les coulisses de la famille Grüss.

 

1974. Le cirque Grüss au centre culturel Carré Thorigny.

 

Des spectacles hauts en couleurs.

 

1976. Interview de Silvia Montfort qui explique son combat pour implanter le cirque Grüss dans le parc en face du Carré Thorigny « Si j’avais voulu ouvrir une fumerie clandestine dans un quartier de Paris, j’aurai eu plus de concours et moins de difficultés. »
 

1977. José Arthur interviewe Alexis Grüss dans sa caravane situé sur le parvis du Musée Georges Pompidou à Paris.

 

1978. Le Cirque Grüss s’installe au bois de Boulogne
 

Le spectacle équestre ou l’origine du cirque.

 

1982. Le cirque Grüss devient le premier cirque national. Cet acte de reconnaissance du ministère de la Culture est accompagné d’une subvention et d’une aide en matériel.
Rédaction Ina le 05/12/2013 à 17:05. Dernière mise à jour le 10/04/2017 à 12:29.
Arts du spectacle