Un amour impossible de Catherine Corsini, l’adaptation du roman de Christine Angot, sort sur les écrans ce mercredi 7 novembre. En filigrane à la relation à sa mère, l'auteure y évoque l'inceste commis par son père dont elle avait été victime. En 1995, avec Laure Adler, elle évoquait sa volonté de parler de cet acte terrible dans son œuvre littéraire.

En 1995, Laure Adler recevait Christine Angot pour son quatrième roman intitulé Interview. Au milieu de l'entretien, la journaliste lui posait cette question : "On a l'impression que vous revenez sans cesse sur ce qui vous est arrivée : l'inceste ?"

"Non, en fait ce qui s'est passé, on m'avait dit qu'il ne fallait pas le faire […] la journaliste, elle voulait que je le dise parce que ça pouvait être bien socialement, que ça pouvait aider d'autres femmes. Moi je ne suis pas assistante sociale, ça ne m'intéressait pas d'aider d'autres femmes. J'ai dit non dans ce cas. Et l'éditeur, d'un autre côté, disait qu'il ne fallait pas l'écrire, qu'on allait me réduire à ça. Que ça n'intéressait pas les gens. Alors là, je l'ai fait pour le coup. Pour bien enfoncer le clou, pour dire une seule chose à laquelle je tiens moi, c'est que c'est moi qui commande ! C'est l'auteur qui commande. Ce n'est ni la journaliste, ni l'éditeur ou le lecteur."

"Et votre père ? Il vous a commandé à un moment ? "Oh ben, y' a des chances oui, mais là on tombe dans la confidence."

Plus tard dans l'émission, Christine Angot décrit ainsi la relation de cet inceste avec son identité d'auteure : "Pourquoi ce saccage m'est arrivé ? J'ai eu un inceste avec mon père. Pourquoi il m'est arrivé ça ? Il m'est arrivé ça parce que je suis écrivain."

L'intrigue de "Un amour fou"

Pierre et Rachel vivent une liaison courte mais intense à Châteauroux à la fin des années 1950. Pierre, érudit, issu d’une famille bourgeoise, fascine Rachel, employée à la Sécurité sociale. Refusant de l’épouser, il décide pourtant de lui faire un enfant, Christine, qu’il ne verra qu’épisodiquement. Rachel n’apprend que plus tard qu’il la viole depuis des années. Le choc est immense. Un sentiment de culpabilité larvé s’immisce progressivement entre la mère et la fille. Christine Angot entreprend ici de mettre à nu une relation des plus complexes, entre amour inconditionnel pour la mère et ressentiment, dépeignant sans concession une guerre sociale amoureuse et le parcours de cette femme, détruite par ce péché originel?: la passion vouée à l’homme qui aura finalement anéanti tous les repères qu’elle s’était construits. (Résumé Flammarion) 

Pour aller plus loin

L'émission en intégralité Le Cercle de minuit : sexe mensonge et vidéo de Laure Adler (20 septembre 1995, Premium)

Christine Angot, la reine du clash (Article)

Dans la même émission, le clash avec Richard Morgiève à propos de son roman et de la littérature. (Le Cercle de Minuit, 20 septembre 1995)

Rédaction Ina le 06/11/2018 à 16:20. Dernière mise à jour le 07/11/2018 à 10:48.
Art et Culture Littérature