Peur, Trump à la Maison Blanche, le dernier livre retentissant du journaliste Bob Woodward sur les coulisses de la Maison Blanche, sera-t-il un tournant dans la présidence de Donald Trump ? L’ouvrage, très critique envers le Président, remettant en cause sa capacité à gouverner, est d’autant plus remarqué que son auteur n’en est pas à son premier coup d’éclat...

En près de cinquante ans de carrière, ce journaliste n’a cessé de traquer les secrets de la politique américaine. Et c’est sans conteste sa première « affaire », dont l’enquête débute en 1972, un an à peine après avoir été embauché par le Washington Post, qui va le propulser au rang d’icône nationale. Une enquête dont les conséquences iront jusqu’à la démission du Président des Etats-Unis, Richard Nixon…

La nuit du 17 juin 1972 est l’un de ces moments où l’Histoire bascule. L’Histoire de l’Amérique, en l’occurrence. Un événement, le cambriolage du Watergate, siège du parti démocrate à Washington par des collaborateurs du Président Nixon, change à jamais la vie des Américains. Et plus particulièrement, celle des acteurs de ce drame national.

Dans le rôle des accusés, cinq individus, appréhendés par la sécurité de l'immeuble alors qu'ils s'y s'étaient introduits par effraction pour y installer un système d'écoute. Dans le rôle des journalistes enquêteurs, Bob Woodward et son collègue Carl Bernstein, qui les premiers vont alerter l'opinion publique sur les dessous de ce qui semble bien être, au fur et à mesure des investigations, une affaire d'Etat.

Grâce à un mystérieux informateur, surnommé « Gorge profonde » (en 2005, Mark Felt, numéro deux du FBI dans les années 1960, révélera qu'il était « Gorge profonde »), Bob Woodward et Carl Bernstein enquêtent donc, parallèlement à l'investigation de la justice. Le Washington Post est alors l'un des seuls journaux, avec le New York Times, à couvrir une affaire qui n'intéresse au début pas l'opinion américaine. Pour preuve, Richard Nixon est réélu triomphalement à la fin de l'année 1972, écrasant son rival démocrate George Mc Govern.

Mais durant l'année 1973, la défense de Richard Nixon se complique. En mars 1973, le Sénat, à majorité démocrate, décide de la mise sur pied d'une commission d'enquête, dont les sessions seront diffusées à la télévision à partir du mois de juin. A partir de ce moment, des millions d'Américains se passionneront pour le « scandale du Watergate ».

Après de nombreux rebondissements qui tiennent en haleine l’Amérique, Richard Nixon démissionne le 9 août 1974, afin d’éviter l’humiliation d’être le premier Président destitué par le Congrès.

« On a eu peur au Washington Post de cette histoire, pour commencer »

En 1978, l'émission Un homme un jour, présentée par Jean-Marie Cavada, s'intéresse à la façon dont Bob Woodward a vécu son enquête. Quel a été son état d'esprit, s'est-il senti intimidé par la gravité des articles que lui et son collègue publiaient dans le Washington Post

« La nature fondamentale de la démocratie est qu’il faut que nous sachions la vérité »

Une longue interview qui laisse apparaître un homme sur du bien-fondé de son enquête, au service d'une « démocratie dont la nature fondamentale exige la vérité ». A la question de Jean-Marie Cavada qui lui demande s'il ne pense être allé trop loin, déréglant ainsi l'exercice du pouvoir suprême de son pays, Bob Woodward rétorque que c'est justement ce métier de « journaliste qui est de tout mettre en oeuvre pour que la version donnée soit la plus fidèle par rapport à la vérité ».

Une sentence qui résonne lourdement aujourd'hui, alors que sa récente enquête publiée dans Peur, Trump à la Maison Blanche, met gravement en question l'exercice du pouvoir d'un autre chef d'Etat, l'actuel Président des Etats-Unis, Donald Trump...

Rédaction Ina le 06/09/2018 à 16:00. Dernière mise à jour le 07/09/2018 à 09:12.
Politique