« Pas facile d'avoir 20 ans en 2020 ». C'était la phrase de soutien aux jeunes prononcée par Emmanuel Macron le 14 octobre lors de son allocution télévisée pour l'instauration du couvre-feu. Et avoir 20 ans en 1973, c'était comment ? 

Sur fond de la chanson de Léo Ferré Avoir vingt ans, un microtrottoir recueille l'avis de jeunes (et de moins jeunes) sur la perception qu'ils se font de la jeunesse et du rapport entre générations. Un homme âgé introduit l'enquête, en jugeant qu' « Avoir 20 ans c'est envisager l'avenir et souvent actuellement pour les jeunes ça n'est pas toujours très clair. » Pour un jeune homme, avoir 20 ans, « c'est le début des difficultés de la vie, et puis la compréhension de la vie. »

Une jeune femme choisit quant à elle de pointer la nature conflictuelle inhérente aux rapports entre générations, sans que cela soit imputable à l'éducation des jeunes : « Il y a beaucoup plus d'opposition entre les adultes et les jeunes que de compréhension et par conséquent leur évolution est toujours en opposition par rapport aux adultes [...] » Pour une autre jeune femme, « Avoir 20 ans, c'est être libre. Mais c'est pas facile, il y a toujours les parents derrière. »

Un homme plus âgé de conclure sur ces paroles : « La jeunesse estime peut être qu'elle est brimée mais je pense qu'elle fait mauvaise route par moment. Elle va plus vite que l'évolution du siècle. »

Rédaction Ina le 29/10/2020 à 17:23. Dernière mise à jour le 29/10/2020 à 17:26.
Economie et société