Alors que s'ouvre le procès sur les attentats de janvier 2015, une enquête Ifop montre que 18% des Français de confession musulmane ne condamnent pas l'attentat de 2015. A l'époque, la France s'était retrouvée massivement dans la rue pour dire non au terrorisme.

Janvier 2015 : Paris et sa banlieue subissent une série d'attentats qui va endeuiller la France entière. De Charlie Hebdo à l'Hyper Cacher de Vincennes, les Français assistent médusés aux attentats islamistes les plus meurtriers des années 2000. Très vite, la France descend dans la rue pour dire non au terrorisme et clamer "Je suis Charlie", pour soutenir le journal et la liberté d'expression.

Dès le 7 janvier, des rassemblements spontanés s'organisent déjà partout en France. La France et le monde entier sont sous le choc. Plus de quatre millions de personnes de toutes confessions manifestent lors des "Marches républicaines" des 10 et 11 janvier sur tout le territoire français. Le dimanche 11 janvier, à la demande de François Hollande, quarante-quatre chefs d'État défilent à Paris en compagnie de plus d'un million et demi de personnes.

Ce sont les plus gros rassemblements jamais réalisés depuis la Seconde Guerre mondiale sur le territoire français. Le retentissement de ces événements est considérable, aussi bien en France qu'à l'étranger.

De nombreux rassemblements de solidarité ont lieu un peu partout dans le monde les jours suivant les attentats. 

L'enquête Ifop réalisée pour Charlie Hebdo et publiée le 1er septembre dans ses pages, montre cependant que 82% des musulmans condamnent l'attentat perpétué contre l'hebdomadaire satirique. Alors que Charlie Hebdo a décidé de republier dans son numéro les caricatures de Mahomet qui en avaient fait une cible des djihadistes, l'initiative est saluée par 59% des Français qui estiment qu'ils ont eu raison "au nom de la liberté d'expression".

Rédaction Ina le 31/08/2020 à 10:50. Dernière mise à jour le 02/09/2020 à 12:56.
Economie et société