120 battements par minute, réalisé par Robin Campillo est l'un des films phares de la 43e édition des César. Ce film relate l'engagement des militants d'Act Up-Paris au début des années 1990, alors que le sida se propageait dans l'indifférence générale. Retour sur leurs actions coups de poing…

"La prévention est tellement mal faite en France qu'il faut agir avec des gros symboles."

Le 1er décembre 1993, à l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le sida, les militants d'Act up tentent un coup médiatique inédit… Au petit matin, en catimini, ils placent un préservatif géant rose sur l'obélisque de la Concorde ! Plus surprenant, l'action est financée par la marque Benetton qui a peut-être voulu se racheter une conduite après sa campagne de publicité très controversée sur les tatouages HIV.

Devant les caméras, Cleews Vellay, le président charismatique d'Act Up, dénonce la faiblesse de la prévention en France et rappelle le message de cette opération "Sida, que cesse cette hécatombe" et déplore l'attitude des policiers : "C'est un scandale, on va arrêter des séropositifs, des malades du sida le jour de la Journée Mondiale de lutte contre le sida" !" Pendant deux heures ce jour-là, la Place de la Concorde où l'on guillotinait à la Révolution a été rebaptisée "Place des morts du sida"…

Le credo d'Act Up

L'association voit le jour en 1989 sur le modèle américain dans le but d'alerter les Français sur le fléau du sida qui touchait alors des milliers de femmes et d'hommes dans l'indifférence générale. Act Up fait du militantisme "coup de poing" pour alerter les médias, faire pression sur les politiques plutôt frileux sur la question. En 1990,  Act Up manifestait justement contre la suppression d'une campagne d'information à la demande du gouvernement…

L'association milite surtout pour la prise en charge des malades quelle que soient leur genre, leur sexualité ou leur position sociale.

Se faire entendre à tout prix et bousculer l'opinion publique, voilà le credo d'Act up qui fonctionne en organisant des "happenings" forts. La mise en scène soigneusement étudiée met en avant des symboles comme le célèbre triangle rose porté en étendard par les militants. Le rose, on le retrouve aussi sur le préservatif installé sur l'obélisque de la Concorde ou le patchwork à la mémoire de Cleews Vellay, son ancien leader.

En 1991, Act up manifeste sur le parvis de Notre-Dame pour lutter contre l'interdiction du préservatif par l'Eglise. Pour faire passer leur message, les manifestants font irruption dans la cathédrale et interrompent un office aux cris de "Sida, église complice! ". Ils ont tout juste le temps de déployer leurs banderoles avant d'être expulsés manu militari par un service d'ordre musclé !

Ces mises en scènes ont contribué à créer dans l'esprit populaire une identité gay  qui ne soit plus rattachée à cette maladie liée à une sexualité déviante.

Pour aller plus loin

Les dix ans d'Act Up (1er décembre 1999, JT de 20h00, France2)

Act Up jette du faux sang sur le directeur médical du centre de transfusion, à l'occasion du scandale du sang contaminé (1992)

Les nuits fauves de Cyril Collard : Le 5 mars 1993,  Cyril Collard mourait du SIDA . Écrivain, acteur et réalisateur, il venait de connaitre un énorme succès avec son 1er long métrage, Les nuits fauves, adapté de son propre roman éponyme. Un film qui remporterait quatre César, quelques jours à peine après la disparition de son réalisateur. Incursion dans le monde d'ombres et de lumières de Cyril Collard. (article)

L'affaire du sang contaminé (article)

Notre série d'articles sur les combats homo (homoparentalité, culture gay, religion et homosexualité, homophobie, lutte contre le sida, les manifs)

Rédaction Ina le 02/03/2018 à 15:13. Dernière mise à jour le 02/03/2018 à 18:26.
Economie et société