Ce jeudi 10 juin, une éclipse partielle de soleil devait être visible sur l'hémisphère nord. Ce phénomène astronomique fascine, notamment les éclipses complètes. En 1973, une équipe d'astrophysiciens décidait de suivre une éclipse à bord d'un avion supersonique... le Concorde. Une expérience scientifique extraordinaire et inédite.

A 12h12 très précisément, si vous étiez à Paris, c'est l'heure à laquelle vous aviez le plus de chance d'apercevoir l'éclipse annulaire. Une infime partie mais quand même ! Elle devait être visible depuis l'hémisphère Nord et atteindre son maximum entre 11h55 et 12h20, selon les endroits. Elle devait tout de même être plus visible dans le Nord-Ouest du pays que dans le Sud. Ailleurs dans l'hémisphère nord, comme au Québec, la lune devait recouvrir jusqu’à 80 % de la surface du Soleil. En France, il ne s'agissait que d'une éclipse partielle, les éclipse totales sont plus rares. Elles se produisent lorsque la lune se place entre le soleil et la terre et que les trois astres sont alignés.

L'une d'elle a marqué les annales, au point d'être surnommée "l'éclipse du XXe siècle", c'était le 30 juin 1973. Le dernier alignement avait eu lieu en 1961, et avant cette date, en 1912, c'est dire l'excitation des astronomes.  De fait, elle allait plonger l’Afrique dans l’obscurité pendant plus de sept minutes, une durée exceptionnelle. Quelques mois avant ce rendez-vous astronomique, l’astrophysicien Pierre Léna décidait de monter une mission hors norme et unique : poursuivre l’ombre de la Lune à deux fois la vitesse du son, à bord d’un prototype de l’avion supersonique français, le Concorde 001 F-WTSS.

L'archive que nous vous proposons en tête de cet article se déroule trois jours avant l'expérience, le 27 juin 1973, sur l'aérodrome de Toulouse. Les scientifiques viennent de réaliser un dernier vol d'essai mené par le chef pilote Alain Turcat. Le test a été concluant et la joie est à son comble. Il est prévu que le 30 juin 1973, l’avion supersonique décolle de Las Palmas, aux Canaries (Espagne), pour poursuivre une éclipse totale du soleil. Mais pour l'heure, les scientifiques n'en sont qu'aux préparatifs. Pierre Charvin (Institut national d’astronomie et de géophysique, CNRS, Paris), détaille ses grandes lignes : faire voler le Concorde dans la zone d'ombre de l'éclipse environ 80 minutes, "alors qu'à partir du sol, l'éclipse ne sera visible que 7 minutes".

Défi d'importance

L'instigateur de ce projet fou, l'astrophysicien Pierre Léna (Université Paris Sud et Observatoire de Paris), se déclare très satisfait. Il précise qu'ils avaient déjà effectué un vol d'essai un mois plus tôt, et que ce nouveau test a permis de vérifier les derniers détails de l'expérience. "La seule chose qui n'est pas encore réalisée, c'est la lune devant le soleil", conclut-il impatient. Il ajoute que "les scientifiques sont toujours optimistes sans cela ils ne commenceraient pas". Son rôle pendant le vol sera d'étudier plus précisément "la couronne de poussière autour du Soleil". Il précise que cette expérience avait déjà été tentée par une équipe américaine en 1970 au Mexique et qu'elle avait échoué. C'est dire l'importance du défi.

C'est le pilote de chasse Alain Turcat, habitué à passer le mur du son, qui sera aux commandes du supersonique. Cette "répétition quasiment méridienne, faite au large du Portugal" était destinée à "permettre la capture du soleil, l'observation du soleil à travers toute une série de systèmes d'optique qui, faisant suite au système de navigation de l'avion, permettront de suivre le soleil." Alain Turcat décrit ensuite les nombreuses modifications réalisées sur l'avion pour réaliser cette mission hors du commun : des trous ont été percés dans le plafond pour positionner les hublots d'observation, la structure a été renforcée et on a installé à bord du matériel scientifique et optique, et vérifié l'alimentation électrique. "Nous rattraperons l'éclipse en Mauritanie, après avoir décollé de Las Palmas et nous nous poserons au Tchad, à Fort Lamy."

La mission "Eclipse 1973" fut un succès et les passagers du vol allaient profiter du spectacle durant 74 minutes, en restant dans l’ombre de la Lune. Une réussite scientifique. Les images de l'éclipse filmées depuis le Concorde ont diffusées dans le JT du 20h00.

Qu'il s'agisse d'une éclipse totale ou partielle de Soleil, il ne faut surtout pas observer l'astre solaire sans utiliser un filtre adapté pour bloquer les rayonnements nocifs pour l’œil provenant du soleil et diminuer l’intensité lumineuse. Ce 10 juin 2021, il fallait donc se munir de lunettes spéciales homologuées pour profiter du spectacle sans danger. 

Florence Dartois

Pour en savoir plus : 

Ce jour là, le supersonique Concorde embarqua 14 personnes : 

– 6 membres d’équipage : André Turcat (chef pilote), Jean Dabos (co-pilote), Henri Perrier (premier ingénieur), Jean Conche (ingénieur), Hubert Guyonnet (radionavigateur), Michel Rétif (mécanicien d’essais).

– 8 scientifiques : John E. Beckman (Queen Mary College, Londres, Royaume-Uni), Jean Bégot (Institut d’astrophysique, CNRS, Paris), Pierre Charvin (Institut national d’astronomie et de géophysique, CNRS, Paris), Donald B. Hall (Observatoire de Kitt Peak, Arizona, Etats-Unis), Pierre Léna (Université Paris Sud et Observatoire de Paris), Donald Liebenberg (Los Alamos Scientific Laboratories, Nouveau-Mexique, Etats-Unis), Alain Soufflot (Laboratoire de physique stellaire et planétaire, CNRS, Verrières-le-Buisson) et Paul Wraight (Université d’Aberdeen, Ecosse).

Pour aller plus loin : 

Côte d'Azur Actualités : Observations de l'éclipse solaire du 30 juin commentée par le professeur Millet. à propos des études et expériences faites sur les éclipses : analyse des résultats et explications techniques sur différentes images d'éclipses. (4 août 1973)

Télé pays de Loire : un spécialiste  le principe de l'éclipse en s'appuyant d'un schéma qu'il dessine sur un tableau noir, différence entre éclipse totale et partielle (29 avril 1976)

Images en couleurs de l'éclipse vue du Kenya. (30 juin 1973)

Lorraine soir : Pierre Léna revient sur l'observation faite dans le Concorde. (20 juillet 1973)

Eclipse solaire en mer. (24 novembre 1984)

Rédaction Ina le 10/06/2021 à 09:25. Dernière mise à jour le 11/06/2021 à 11:39.
Sciences et techniques