2010, dans la nuit du 27 au 28 février, la tempête Xynthia frappait la France et faisait 59 morts et de nombreux dégâts matériels, principalement sur le littoral charentais et vendéen. Retour en vidéos sur cette catastrophe dévastatrice et meurtrière.

La tempête Xynthia est une dépression météorologique majeure qui a balayé de vents violents plusieurs pays européens entre le 26 février et le 1er mars 2010. Plusieurs régions de France ont été durement touchées : Aquitaine, Poitou-Charentes, Pays de la Loire, Bretagne et Normandie.

La tempête Xynthia ne présentait pas de caractère exceptionnel (vitesses maximales de vent sur le littoral : 160 km/h à la pointe de l’île de Ré), mais elle a été l'une des plus meurtrières, avec celle de décembre 1999 car elle était concomitante avec des grandes marées (coefficient de 102) provoquant une surcote de 1,5 mètre sur le littoral et l'inondation de certaines régions littorales, principalement en Charente-Maritime, en Vendée et dans les Côtes-d'Armor. D'où un lourd bilan humain : 59 personnes et de nombreux dégâts matériels. Deux villes ont été au coeur de la tempête et de la polémique constructions en zones inondables : La Faute-sur-Mer et l'Aiguillon.

Récit en images de l'avancée de la tempête et les dégâts constatés.

4 mars, hommage aux victimes

16 mars, visite de Nicolas Sarkozy sur place.

2014, le procès

Après la catastrophe, on cherche à comprendre comment les digues ont pu céder sous la violence de la tempête.

Le risque d'inondation était connu sur cette zone. La polémique grandit autour des permis de construire en zone inondable. En 2014, après un mois d?audience, le maire de La Faute-sur-mer est finalement condamné à 4 ans de prison ferme.

En France, la tempête a provoqué près de deux milliards d'euros de dommages.

Rédaction Ina le 25/02/2011 à 10:48. Dernière mise à jour le 25/02/2020 à 10:48.
Environnement et urbanisme