Pandémie oblige et chute du transport aérien, l'aéroport d'Orly ferme des portes ce 31 mars. Du jamais vu ! En 1961, lors de son inauguration en présence du général de Gaulle, l'heure était à la fierté et à l'espoir d'un développement économique sans limites.

Orly fut le premier aéroport à être inauguré officiellement. Bien avant Roissy, qui le serait en 1974. C'est dire si ce jour-là, l'événement était d'importance. Retrouvons l'ambiance qui régnait dans l'aérogare ce 24 février 1961. Devant une foule d'officiels et d'invités triés sur le volet, Robert Buron, ministre des Travaux publics et des Transports prononce un discours d'ouverture de la cérémonie vibrant. Il rend hommage aux transporteurs aériens et à leurs actions sur le développement des moyens de communication "dans un monde où l'échange est la loi de la vie". Orly représentait à l'époque le résultat de "dix ans d'efforts".

Puis, c'est au tour du général de Gaulle de s'adresser aux personnalités réunies devant lui. L'heure est à la fierté nationale : "Si jamais un ouvrage justifia la fierté de ceux qui l'ont édifié, de leur cerveau et de leurs mains, ainsi que le témoignage du pays qu'ils ont ainsi servi, c'est bien celui que voilà, à la rencontre du ciel et de la terre."

degaulle

Le ton est donné, le président poursuit avec éloquence : "mais la cérémonie d'Orly est aussi une affirmation. En révélant cet imposant travail, nous nous donnons nous-mêmes comme capables, non seulement de vivre notre siècle, mais aussi, dans une certaine mesure, de le marquer et de le conduire."

Il insiste ensuite sur le savoir-faire de l'industrie aéronautique hexagonale : "De même qu'en inventant, en répandant, les Caravelles, les Mirages, les Alouettes etc., nous aidons l'Homme à se servir du ciel."

Avec emphase, le premier des Français souligne ensuite la contribution de la France au développement économique mondial : "Ainsi, en mettant en service cette grandiose construction, nous ajoutons quelque chose d'exemplaire aux communications humaines du présent et de l'avenir (…) nous prenons acte de notre valeur telle qu'elle est aujourd'hui démontrée."

Tout en citant Nietzsche pour désigner ceux qui doutent "ceux qui clignotent", le général de Gaulle rappelle que "dans la compétition des peuples, sans laquelle l'humanité serait amenée à se pourrir et à mourir, nous voulons avoir notre place et à l'occasion, l'emporter " !

Le président de la République termine son discours par la vision, commune à l'époque, d'un développement économique illimité.

"Dans l'ère industrielle, notre pays s'aperçoit que toutes les limites s'éloignent, qu'il a en lui toutes les sources de la puissance et du rayonnement et qu'il peut se transformer au point d'être l'un des plus jeunes et des plus grands. Orly nous a, ce matin, confirmé dans cette certitude".

On l'entend dans ce discours, l'aéroport d'Orly représentait au début des années 60 le symbole de l'essor économique mondial et de la puissance française à l'international. Lors de sa fermeture - temporaire - ce 31 mars 2020, il pourrait bien représenter les limites d'un développement économique incontrôlé et la nécessité de repenser l'économie du futur.

Pour aller plus loin

Visionner la suite de cette inauguration avec la visite de l'aéroport

D'autres contenus sur l'aéroport d'Orly.

1974, l'inauguration de l'aéroport de Roissy. (Article)

Rédaction Ina le 31/03/2020 à 12:38. Dernière mise à jour le 31/03/2020 à 12:52.
Economie et société Automobile & transport