Les états généraux du bois se tenaient ce mardi 13 avril, avec notamment la question des enjeux écologiques de la forêt, et les défis auxquels elle est confrontée. Dans le Grand-Est, les épicéas sont par exemple ravagés par un insecte, le scolyte, comme l'expliquait déjà France 2 en 2019.

Les Etats généraux de la forêt et du bois en Ile-de-France ont eu lieu mardi 13 avril au cinéma "Les Fauvettes" (Paris 13e), et ont été diffusés en ligne et en direct. Une trentaine d'intervenants se sont réunis à l'appel de FIBois Ile-de-France, de l’Office national des forêts et de l’association Les Nuits des forêts, en partenariat avec le journal "Le Monde", pour discuter autour du thème : « Touche pas à mon arbre ? Objectif neutralité carbone en 2050 : le rôle de la forêt et du bois ».

L'actualité de la forêt française est notamment marquée par les ravages que provoque un petit coléoptère, le scolyte, dans les forêts d'épicéas, particulièrement nombreuses dans les massifs du Grand-Est. Verdun a ainsi perdu la quasi totalité de ses forêts. 

Le 27 décembre 2019, à l'occasion des 20 ans de la "tempête du siècle", qui avait détruit plus de « 140 millions de m3 de bois, l'équivalent de trois années de récoltes » sur tout le territoire national, le journal télévisé du 19/20 sur France 3 enquête sur les nouvelles menaces que fait peser le scolyte dans l'Est du pays. Depuis 2017, ce petit insecte de 5 millimètres, profitant de la sécheresse, « se balade sous l'écorce des arbres, et bloque leur sève ».

scolyte620

La rapidité de leur action délétère est spectaculaire, comme l'explique François Godinot, Vice-président de l'Union forestière du Grand-Est : « En un mois, les épicéas qui étaient beaux, sèchent et deviennent jaunes. En avril 2019 il y avait 600 000 mètres cubes qui étaient impactés, on est en est maintenant à plus de 2 200 000. C'est-à-dire que tout l'épicéa est en train de disparaître des plaines et des plateaux du Grand-Est ».

A ce problème écologique se rajoute une problématique économique. Pour Jean Birck, propriétaire forestier, « la surproduction de bois arrive sur le marché, [entraîne] un effondrement des cours », avec pour résultat du « bois en stock qui est difficilement commercialisable. » 

Depuis l'automne 2019, les gardes forestiers de la région coupent jusqu'à 15 fois plus d'arbres qu'en temps normal, et étudient déjà le essences qui remplaceront l'épicéa, assuré de disparaître sous peu. « Là on est en train de planter des sapins turcs et grecs qui résistent à des périodes de sécheresse un peu plus grandes que les nôtres », explique Guillaume Rouard, Technicien forestier ONF à Verdun. 

En espérant que les futures forêts du Grand-Est résisteront au changement climatique et à ses calamités, parasites et tempêtes exceptionnelles.

Pour aller plus loin : 

22 septembre 1949, un sujet des Actualités françaises consacré à la protection de la forêt contre les insectes.

Les scolytes attaquent : la lutte biologique dans les forêts. Un reportage de FR3 Auvergne du 30 avril 1983. 

La santé des forêts, un reportage de FR3 Bourgogne du 14 novembre 1991. 

Menace d'épidémie de scolytes dans la forêt franc-comtoise, l'exemple de Goux-les-Usiers. Reportage de France-Comté Soir du 17 août 2000. 

Rédaction Ina le 14/04/2021 à 15:28. Dernière mise à jour le 14/04/2021 à 15:31.
Economie et société