Le Conseil des ministres valide ce vendredi le licenciement de l'ambassadrice des pôles pour avoir critiqué la réforme de la retraite. En décembre 2017, quelques mois après sa nomination, elle semblait sur la retenue. Quoique...

Juin 2017, Ségolène Royal est nommée ambassadrice des pôles par Emmanuel Macron. Un poste qui, aux yeux du pouvoir en place, devait sans doute s’accompagner d’un devoir de réserve. Raté. Depuis des mois, l’ancienne candidate à l’Elysée multiplie les attaques contre la réforme de la retraite. Résultat : elle a déclaré mardi 14 janvier avoir reçu une lettre lui annonçant qu'il était "envisagé de mettre fin à (s)es fonctions". Une révocation qui sera officialisée le 24 janvier en Conseil des ministres.

tweet312

Pourtant, avec ses nouvelles fonctions, Ségolène Royal laissait entendre que son domaine d’intervention se limiterait à un domaine : l’environnement. En décembre 2017, quelques mois après sa nomination, elle est invitée par Jeff Wittenberg sur le plateau des 4 vérités de Télématin. La nouvelle ambassadrice semble assagie. 

Le journaliste la titille un peu : "Est-ce qu'aujourd'hui vous n'avez pas envie de revenir dans la politique active, la place que vous occupiez  il y a plusieurs années ? On connaît vos ambitions et votre énergie... Quelle est votre objectif dans les années qui viennent ? Politiquement…

"Politiquement,  c'est de continuer comme je le fais là. répond-elle. La question climatique, c'est le sujet politique majeur. (...) C'est le sujet politique majeur. Tous les sujets convergent vers ce sujet-là. Regardez. Qu'est-ce qu'il y a aujourd'hui comme problème crucial dans le monde ? C'est la question de la paix. C'est la question de l'immigration et si on arrive à donner aux pays les plus pauvres l'accès à l'énergie solaire pour pouvoir favoriser leurs ressources naturelles. Si on arrive à leur donner l'eau, l'alimentation. On leur donnera aussi l'école. On leur donnera la santé. On leur donnera l'emploi".

Mais il y a aussi la France, reprend le journaliste. Est-ce que vous considérez que vous appartenez toujours à la famille de la gauche ?" Réponse, très consensuelle : "Bien sûr, j'appartiens à la famille de la gauche. Mais, au-delà, il faut dépasser les clivages droite-gauche sur des sujets comme cela.” 

La suite de l’entretien, en revanche, laisse entendre que l’ambassadrice n’allait pas être si réservée que ça. Le sujet environnemental, ça l’intéresse, mais pas seulement : “Le sujet social, le sujet des femmes aussi, c'est un sujet, je pense, absolument majeur à l'évolution de la société. Le sujet de l'éducation nationale, c'est un sujet dans lequel je me suis beaucoup impliquée. Aujourd'hui je continue à m'y impliquer mais pas seulement au niveau planétaire. Je considère que ce qui est efficace en politique, c'est l'articulation entre le global, le national et le local. Et je continue à suivre de près le travail que j'ai fait au ministère de l'Environnement en allant sur place.

Finalement, après quelques attaques sur la gestion de la crise des gilets jaunes fin 2018, sur les pesticides récemment, c’est avec le débat sur la retraite qu’elle est sortie de sa réserve. Ce qui lui vaut sa place aujourd’hui.

Pour aller plus loin

L'intégralité de l'interview de Ségolène Royal par Jeff Wittenberg. ( 4 vérités de Télématin, 15 décembre 2017)

12-13 dimanche : Dimanche en politique, Ségolène Royal, la dame des pôles. Reportage et microtrottoir après sa nomination par Emmanuel Macro comme ambassadrice des pôles. (10 décembre 2017) 

12-13 dimanche : Dimanche en politique, Ségolène Royal à propos de son projet d'ONG "Désirs d'Avenir pour la Planète". Renaud Dély, directeur de la rédaction de Marianne, interroge Ségolène Royal sur son projet d'ONG. (10 décembre 2017) 

Rédaction Ina le 16/01/2020 à 08:34. Dernière mise à jour le 24/01/2020 à 08:37.
Politique