Le ministre de l'Intérieur a décidé d'interdire une manifestation prévue samedi 15 mai à Paris en faveur du peuple palestinien. Gérald Darmanin argue notamment qu'il ne souhaite pas revivre un précédent, celui de 2014.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a demandé jeudi 13 mai au préfet de police de Paris d’interdire une manifestation de soutien au peuple palestinien prévue samedi 15 mai dans la capitale en raison des «graves troubles à l’ordre public constatés en 2014». En juillet de cette année-là, plusieurs manifestations avaient en effet été organisées en France pour dénoncer une offensive israélienne dans la bande de Gaza. Le 19 juillet notamment, plusieurs milliers de manifestants avaient bravé l’interdiction de manifester dans le quartier de Barbès à Paris. Le rassemblement avait dégénéré, laissant place à des heurts entre policiers et manifestants, comme on peut le voir dans notre archive en tête de cet article.

Dans un télégramme envoyé à l’ensemble des préfets, Gérald Darmanin rappelle ce «précédent du 19 juillet 2014 à Paris». Il demande aux préfets de «mobiliser les services de renseignement» pour «assurer le suivi» des autres rassemblements annoncés en France et «anticiper les risques de débordement». Et de ne pas hésiter à interdire les manifestations si leurs déclarations sont hors délai, représentent un risque de «troubles à l’ordre public» ou ne «respectent pas les règles de l’état d’urgence sanitaire». Il appelle également les préfets à assurer la «protection des lieux de culte, écoles, centres cultures et commerces de la communauté juive».

«Nous ne devons pas revivre les scènes ignobles de 2014 dans les rues de Paris (...) chacun se souvient des cris de "mort aux juifs' prononcés dans les rues, nos compatriotes juifs doivent être protégés, et selon les renseignements que nous avons, cette manifestation [la parisienne, ndlr] ne pouvait pas se passer dans de bonnes conditions (...) Il ne peut pas y avoir de manifestation de haine en France», a assuré Gérald Darmanin.

En 2002, de précédentes mobilisations avaient eu lieu, dans le calme :

Pour aller plus loin :

La porte de Damas à Jérusalem, une "scène" médiatique du conflit israélo-palestinien

Jérusalem : un exemple de désaccord entre un juif et un musulman

Pour les créateurs de contenus numériques, mediaclip a sélectionné cette vidéo : des images de violences sur l'esplanade des mosquées

Egalement sur mediaclip : Les craintes d'un couple mixte en Israël

Rédaction Ina le 14/05/2021 à 15:56.
Histoire et conflits