Bernard Arnault, patron du géant du luxe LVMH, et un fonds d’investissement vont acquérir Birkenstock. La marque de sandales allemande, longtemps jugée ringarde, connaît une forte croissance depuis les années 2000. En 2010, "Envoyé Spécial" enquêtait sur la mythique sandale.

Le 8 juillet 2010, le magazine Envoyé spécial diffuse un reportage consacré à l'engouement français pour la marque Birkenstock. Longtemps décriée et moquée pour son style ringard, assimilée aux touristes allemands qui la portent avec des chaussettes lors de leurs escapades dans l'Hexagone, la Birkenstock ne faisait pas rêver.

Jusqu'à ce qu'elle devienne à la mode, une révolution opérée au courant des années 2000, comme l'explique Jacques Grigorian, directeur de Jacky Shoes à Marseille, la ville de France où se vend le plus de Birkenstocks : « Au début des années 2000, c'était assez confidentiel. Puis à partir de 2004, ça a commencé à exploser, et en 2007 c'était la folie ! On arrivait plus à se fournir. Petit à petit, c'est devenu un objet culte. C'est devenu un phénomène, comme le jean... »

La sandale a conquis le monde, une croissance forte aidée par les people, nombreux à l'avoir adoptée, de Leonardo di Caprio à Heidi Klum. Mais si sa notoriété est aujourd'hui mondiale, sa fabrication, elle, reste à 100% allemande.

Le reportage s'invite dans le centre névralgique de la marque, à Vettelschloss, en Rhénanie-Palatinat. Dans un immense hangar, « des milliers de cartons, soit des milliers de sandales, sont prêtes à être envoyées en boutique ». Stephan Ewenz, responsable du centre de logistique, explique fièrement : « On exporte dans le monde entier. Au total, 60 000 paires partent chaque jour dans plus de  100 pays. » 

Parfois, le succès est tel que certains marchés souffrent de pénurie. En 2010, c'est ce qui arrive à Jérôme Bootz, le revendeur français de Birkenstock, présent au siège allemand pour se fournir en nouvelles sandales. Pour lui, la croissance du marché hexagonal a été spectaculaire, passant de 500 modèles vendus par an au milieu des années 1990 à plus de 700 000 en 2010.

Avec une particularité, des modèles adaptés au marché français : « Tous ces imprimés, ces nouveaux coloris, ont été le fruit de créations et de production exclusivement pour la France. Parce qu'on reste un pays latin, on a eu besoin de féminiser les collections de répondre à la demande des consommatrices françaises. On a donc décidé de se lancer dans des tons irisés, vernis... ». Parfois, les créations originales françaises sont reprises dans le catalogue mondial. 

Le succès de la marque réside dans sa semelle orthopédique, inventée en 1897 par Konrad Birkenstock. Son secret est encore aujourd'hui jalousement gardé. La semelle rend la sandale d'un confort inégalé, même si souvent copié. Les contrefaçons sont légions. 

Aujourd'hui, l'entreprise allemande serait valorisée à 4 milliards d'euros.

Pour aller plus loin : 

L'amour des Allemands pour la Birkenstock, en 2006, Un oeil sur la planète du 5 juin 2006.

En 2017, le point sur le succès mondial des mythiques sandales allemandes, JT de France 2 du 15 août 2017.

Rédaction Ina le 04/03/2021 à 16:07. Dernière mise à jour le 05/03/2021 à 14:07.
Economie et société