Douze ans après la fin de la série culte diffusée sur M6, "Kaamelott" débarque en salles ce mercredi 21 juillet. Un nouveau pari pour son réalisateur, Alexandre Astier, qui revenait en 2010 sur les ingrédients du succès de cette loufoque adaptation de la légende arthurienne.

Kaamelott – Premier volet, sort ce mercredi en salles. L'adaptation cinématographique de la série télévisée éponyme qui fit les beaux jours de M6, entre 2005 et 2009 est attendue par de nombreux fans de la série, impatients de retrouver les personnages de cet univers loufoque et décalé. 

En 2010, un an après la diffusion de la sixième et dernière saison de Kaamelott, Alexandre Astier était l'invité de l'émission "Déclick", sur France 3 Lyon. Le réalisateur et acteur évoquait les différentes facettes de la série, avec notamment la présence de très nombreux acteurs "guest stars", de passage le temps d'un épisode : « Ce que je peux promettre aux acteurs qui viennent jouer chez moi, c'est que c'est écrit pour eux ».

Des acteurs qu'Alexandre Astier recrute également au sein de sa famille, un travail « de clan, mais dans le bon sens du terme ». Autre caractéristique de cette pépite de la télévision française, celle d'avoir été en grande partie filmée à Villeurbanne, dans la banlieue lyonnaise, une façon pour Alexandre Astier, Lyonnais d'origine, de se sentir plus à l'aise chez lui, plus efficace dans son travail, et de refuser « l'hégémonie parisienne ». 

Inspiration

Au cours de la même émission, on découvre deux sources d'inspiration majeures pour ce réalisateur, aujourd'hui âgé de 47 ans : Louis de Funès, tout d'abord, que ses parents, comédiens eux-aussi, ont toujours présenté au jeune Alexandre comme « l'acteur techniquement parfait » : « Je suis très inspiré rythmiquement par lui, par sa justesse, et souvent quand je suis coincé dans mon jeu, je me demande ce qu'il aurait fait. »

Autre source d'inspiration, les dialogues de Michel Audiard : « Le texte, le dialogue, c'est avant tout comment ça sonne, c'est une musique. Le sens passe après ». Une leçon apprise chez ce roi du dialogue, version gouaille parisienne, scénariste prolifique du cinéma français des années 60 et 70. 

La série Kaamelott est un immense succès critique et commercial. Alexandre Astier se disait d'ailleurs « fier d'avoir concurrencé les Américains, en vendant plus que "Lost" ou "24 heures Chrono" ». En 2010, plus d'un million et demi de DVD de l'intégralité de la série s'étaient déjà vendus.

Pour aller plus loin : 

Alexandre Astier à propos de son parcours : un autre extrait de l'émission Déclick du 16 octobre 2010

Un Anglais à la recherche du roi Arthur en forêt de Paimpont (Brocéliande) : un savoureux échange entre un Anglais et un Français sur la question des origines - britanniques ou bretonnes - de la légende arthurienne.

Rédaction Ina le 21/07/2021 à 17:53. Dernière mise à jour le 22/07/2021 à 08:58.
Art et Culture