A Vannes, les fidèles catholiques ont à nouveau la possibilité de recevoir de l'eau bénite grâce à un dispositif à pédales qui permet de distribuer le sacrement dans le respect du protocole sanitaire. C'est en Italie, en pleine pandémie de Grippe A, en 2009, que le distributeur d'eau bénite automatique voyait le jour. 

Contrairement au système mécanique à pédales retenu à Vannes pour distribué l'eau bénite, la solution proposée en Italie en 2009 par Luciano Marabese et inaugurée dans une église de Lombardie était automatique. Il suffisait de passer sa main sous un bénitier équipé d'une cellule photo sensible pour que l'eau bénite goutte sur les mains des fidèles. Selon le Père Pierangelo Motta, « au début les gens étaient très surpris de cette nouveauté aussi technologique. Et puis ils l'ont accueillie avec joie et enthousiasme. »

Pour son concepteur, Luciano Marabese, cette solution représentait un véritable miracle économique :  « Les demandes ont explosé. Je reçois des commandes du monde entier. »

A Vannes, outre la possibilité de recevoir dans la paume de ses mains l'eau bénite, les paroissiens ont désormais la possibilité d'apporter leur propre flacon pour le remplir du liquide sacré.

Rédaction Ina le 25/01/2021 à 12:32. Dernière mise à jour le 25/01/2021 à 12:43.
Economie et société