Le plasticien Claude Lévêque est accusé de viols sur mineurs. L'enfance est un thème récurrent dans l'œuvre de l'artiste. Dans cette interview, il revient sur ses thèmes créatifs de prédilection.

Claude Lévêque, 67 ans, est l'un des artistes français les plus reconnus. Depuis le printemps 2019, le parquet de Bobigny a ouvert une enquête préliminaire à son encontre pour "viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans" à la suite d’accusations formulées par le sculpteur Laurent Faulon. L'affaire est en cours.

Après l'affaire Matzneff voici un nouveau scandale qui touche le monde des arts. Au cours de sa carrière, le plasticien a exposé dans des lieux prestigieux : PS1 à New York, lors de la Biennale de Lyon, au Musée d’art moderne de la Ville de Paris... En 2009, il représentait la France à la Biennale de Venise.  A cette occasion, il était l'un des invités de Philippe Lefait dans l'émission Des mots de minuit, le 17 juin 2009.

L'un des thèmes central de l'œuvre de Claude Levêque est l'enfance. Un article du journal Le Monde paru le 10 janvier 2021 décrit cet aspect de son œuvre : "Dès les premières expositions de l’artiste au début des années 1980, l’enfance hante en effet la production de Claude Lévêque. Dans ses premières œuvres, visages et corps de jeunes adolescents apparaissent sublimés, en écho à ce qu’il appelle à cette époque ses « mythologies personnelles ». Comme une tentative, selon ses dires, de retrouver la mémoire de sa propre adolescence, qu’il définit à l’époque comme « un basculement, une amnésie. Je ne connais pas mon adolescence, il y a une rupture, et c’est peut-être, d’une certaine manière, seulement maintenant que je la vois ». 

"Mon travail n'a pas perdu de sa dimension autobiographique"

Un sujet abordé d'emblée, par Philippe Lefait lorsqu'il l'interroge sur son cheminement artistique. Pour le plasticien, il est certes question de l'enfance mais plus encore du ressenti personnel lié sa propre enfance et à son adolescence, "mon travail n'a pas perdu de sa dimension autobiographique. Je parle toujours de mes sentiments, de mes affectations dans mon travail. C'est ce qui donne le jour à "La nuit" [une de ses œuvres de 1984]…

Il évoque ensuite son besoin d'échanger avec le public, de le faire participer à son œuvre, "moi le public, il est souvent pris en otage, soit mis en situation dans mon travail. C'est un élément participatif à part entière…"

"Je reprenais l'idée du logo de Disney-land avec l'enseigne d'Auschwitz"

Philippe Lefait l'interroge ensuite sur son œuvre controversée associant Mickey à la devise du camp d'Auschwitz "Arbeit macht frei" [son grand-père communiste est mort en déportation], œuvre réalisée à l'époque de l'ouverture de Disney-land en France, en 1992. "Je reprenais l'idée du logo de Disney-land avec l'enseigne d'Auschwitz. C'était un moment où j'avais visité Auschwitz et c'était une réaction directe que j'avais sur l'idée de l'amnésie. A la fois l'amnésie sur ce qu'ont étaient les camps de la mort et sur ce que peut produire aujourd'hui l'Entertainment de Disney, c'est-à-dire vraiment un enjeu idéologique réel".

D'autres extraits Des mots de minuit

A propos de son parcours d'artiste moderne, ambigu et de son éclectisme

A propos de l'exposition intitulée "Le grand soir".

A propos de l'usage des sons, du bruit dans ses installations.

A propos du travail sur la lumière et en particulier sur son utilisation de l'écriture enfantine au néon

Pour aller plus loin

JT Limousin : exposition Claude Lévêque à Meymac sur le thème de l'obscurité et de l'enfance. (22 mai 1990) 

Les mises en lumière crues du plasticien Claude Lévêque rencontré chez lui près de La Charité-sur-Loire. Il évoque son adolescence, époque de ses premières créations où il pensait "avoir un grain", ce qui l'affectait… "je me demandais pourquoi j'étais si prisonnier de mes univers, de mes délires…" (14 novembre 2005) 

12-14 Languedoc Roussillon / JT Midi Montpellier : exposition "Cercles" de Claude Lévêque. Le plasticien propose à Aniane une installation pour la chapelle des pénitents... Une œuvre insolite à la limite du macabre toujours en lien avec ses interrogations liées à l'enfance. (5 octobre 2005) 

JT Soir Montpellier : exposition "The Diamond sea" de Claude Lévêque. "The Diamond sea" est une proposition réalisée pour le C.R.A.C. De Sète. L'artiste français a créé des installations in situ liées à la féérie, à l'eau, à l'enfance et à l'idée de la mer, en jouant sur le parallèle entre Venise et l'île singulière. Un voyage dans un abîme. (4 août 2010)

1990, quand Denise Bombardier dénonçait Gabriel Matzneff (Article)

19/20 JT locale Clermont-Ferrand : Exposition du plasticien Laurent Faulon. Le plasticien Laurent Faulon expose ses œuvres aux anciens abattoirs de Riom. (30 mars 2005)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 12/01/2021 à 17:54. Dernière mise à jour le 13/01/2021 à 10:34.
Art et Culture Beaux Arts