Le parti politique fédéraliste de la Ligue du Nord est arrivé en tête des législatives en Italie. Emmené par le député européen Matteo Salvini, il s'est associé au parti Forza Italia de l’indéboulonnable Silvio Berlusconi.

En 2006, Giancarlo Gentilini, maire de Trévise et membre du parti, affichait clairement les idées xénophobes de sa famille politique. "Sachez que si la gauche gagne, immédiatement les immigrés auront le droit de vote. Quelle culture nous apporteront-ils ? La culture de la savane ? La culture du désert ? Et en plus, nous aurons les pédés" disait Giancarlo Gentilini, le maire de Trévise, en 2006 lors d'un meeting.

L'homme politique, sous les éclats de rire de la salle, annonce la couleur. En 2013, le parti populiste avait recueilli 4% des voix aux législatives. Dimanche, la "coalition droite-extrême droite", dont il fait partie, obtient 37% des voix aux législatives.

Quelques mois après la victoire du Brexit en Grande-Bretagne, c'est une mauvaise nouvelle pour l'Union européenne. La Ligue du Nord, parti eurosceptique, a réussi une percée dans un pays qui a accueilli près de 700 000 migrants depuis 2013. Surfant sur les craintes liées à l'immigration, ces forces fédéralistes ont renversé le Parti démocrate de Matteo Renzi, qui n'a remporté que 19% des voix.

Rédaction Ina le 05/03/2018 à 10:47. Dernière mise à jour le 05/03/2018 à 16:03.
Politique