Dans une vidéo publiée par l’IHU Méditerranée Infection, le professeur Didier Raoult a mis en cause la chicha comme cause de propagation du virus de la Covid-19. La chicha, ou narguilé, une pratique orientale à la mode en France depuis les années 2000, mais pas sans risques sanitaires, comme l'expliquait ce reportage, en 2006. 

« Je n'avais pas réalisé l'ampleur qu'a prise la consommation de chicha dans nos pays européens. Je crois qu'en France, au moins la moitié des jeunes ont déjà fumé au moins une fois la chicha », explique dans sa vidéo mise en ligne par l'IHU Méditerranée Infection le célèbre microbiologiste, évoquant un « truc dégueulasse ».

Si la responsabilité de la chicha, ou narguilé, dans la propagation du virus est sujet à controverse, le Haut conseil de la santé publique ayant publié en décembre dernier un avis constatant « qu'il n'existe pas d'études scientifiques ayant spécifiquement démontré que la fumée et l'aérosol de cigarettes/cigares/pipes/chicha augmenteraient le risque de transmission du Sars-CoV-2 entre deux fumeurs ou un fumeur et un non-fumeur », cette pratique représente bien un risque pour la santé du fumeur en général. 

Le 3 août 2006, un reportage du JT de France 2 s'intéresse à cette pratique alors en plein boom dans notre pays. Rien que dans la capitale, depuis le début des années 2000, 160 bars à chicha avaient ouvert leurs portes. Une pratique d'abord appréciée pour sa convivialité : « C'est sucré, c'est épicé, alors que la cigarette est beaucoup plus fade, sent mauvais, alors que là ça parfume, ça n'a rien à voir », confie une jeune consommatrice parisienne.

C'est parce que la chicha est si récréative que ses adeptes ont du mal à imaginer sa réelle nocivité. Pour le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, c'est la « quantité de fumée inhalée qui représente le danger ». « A chaque bouffée, à chaque fois que l'on tire sur la chicha, il y a une grande quantité de fumée qui vient dans le poumon, et chaque bouffée équivaut à 1 ou 2 cigarettes ». Pour un narguilé entier, la fumée inhalée correspondrait à « deux paquets de cigarette».

Pour aller plus loin : 

Journée de sensibilisation à la dangerosité du tabac dans les bars à chicha , JT du 31 mai 2006

Les salons de narguilé face à la loi anti-tabac, JT du 15 mars 2007

Rédaction Ina le 04/03/2021 à 16:55. Dernière mise à jour le 05/03/2021 à 16:11.
Economie et société