M Pokora se produit mardi 26 novembre à l'AccorHotels Arena à Paris. Depuis 2003 et ses débuts dans Pop Stars, l'artiste a su mener sa barque d'une manière irréprochable. Travailleur et humble, il l'était déjà lors de ses premiers passages télé.

pokora620

Le 17 avril 2005, M Pokora, 20 ans, était à l'affiche d'une soirée R'n'B organisé au Palais des grottes de Cambrai aux côtés de deux pointures du R'n'B français : Willy Denzeyet Nadiya. Pour le jeune homme pas de doute, un bel avenir s'annonçait : "On est tous sur la même longueur d'onde et on a tous envie de faire grandir le R'n'B en France et on a envie que dans 10, 15 20 ans, ce soient nous les Bruel, les Goldman de la future génération quoi !"

Une belle ambition qui n'allait pas de démentir. Un an plus tard, en novembre 2006, on le surnomme déjà "le prince français du R'n'B". A 21 ans, il donne deux concerts en Nouvelle-Calédonie, l'occasion pour le journal télévisé régional de dresser son portrait…

Dans le reportage, il évoque son pseudonyme "Pokora" qui veut dire "humilité" en polonais, une vertu qu'il s'impose à lui-même plutôt facilement : "Pour moi, ce qui me semble difficile, c'est justement de perdre les pédales."

Son image, de chanteur pour jeunes filles, il constate que c'est surtout un phénomène français : "c'est spécial à la France. Quand je pars en Belgique mon public est complètement différent. En Espagne ou dans d'autres pays, où les gens ont entendu ce que je faisais, c'est complètement différent comme approche."

Le commentaire souligne : "De Pop Stars au Zénith, le jeune homme a gardé la tête froide : il ne boit pas et ne fume pas, ce qui n'est pas une attitude très rock'n' roll " constate la journaliste avant de conclure : "Oui, décidément, M Pokora est un mec bien !"

En plateau, le chanteur évoque ses fans, sa tournée à Tahiti, l'accueil chaleureux des gens. Il parle aussi des œuvres caritatives de son association "Chanter le foot". Il évoque son deuxième album aux thèmes très personnels mais qui reste proche, et dans la même lignée que le premier, qu'il avait enregistré juste avant. Il aborde ensuite son rêve d'aller travailler son troisième album de R'n'B aux USA : "En France, j'ai l'impression d'avancer un peu avec un frein à main." [un projet qu'il mènera mais qui ne rencontrera pas son public] Il revient enfin sur l'expérience Pop Stars qui a été, il le reconnait, "un tremplin" pour sa carrière solo.

Pour aller plus loin

20h00 de France 2 : Dix ans de carrière de M Pokora. Reportage sur le phénomène Pokora. Roberto Ciurleo, coproducteur du spectacle Robin des Bois "Matt a très vite compris qu'il était pas fait pour être dans un groupe mais qu'il devait passer par cette étape-là pour pouvoir faire carrière". Son biographe, Cédric Naimai déclare : "il travaille énormément. C'est quelqu'un qui bosse." (29 septembre 2013)

20h00 de France 2 : Dix ans de carrière de M Pokora. "Pour durer, il faut se remettre en question. Il faut essayer de surprendre perpétuellement le public […] "Relever des challenges… ça demande beaucoup de travail". Période difficile après son 3e album en anglais : "j'étais plus trop en odeur de sainteté, j'étais plus trop la préoccupation des médias..."  (29 septembre 2013)

19-20 Edition Alsace : Matt Pokora, citoyen d'honneur de la ville de Strasbourg. Matt Pokora, qui après 10 ans de carrière, a reçu la médaille de la ville de Strasbourg devant un parterre de fans ravis. (13 février 2014)

19-20 Edition Alsace : Journée Matt Pokora à Strasbourg. Le retour aux sources... "Je me sens toujours accueilli comme l'enfant du pays." (28 novembre 2014)

Rédaction Ina le 21/11/2019 à 16:07.
Art et Culture Musique