Toumaï, trouvé le 19 juillet 2001 et présenté par le professeur Michel Brunet comme le plus vieux fossile d'hominidé, ne serait-il qu'un ancêtre des Gorilles ? Une hypothèse avancée dans un récent article et déjà soulevée par certains paléoanthropologues en 2002, lors de l'annonce de sa découverte.

Juillet 2002, les médias annoncent la découverte, quelques mois plus tôt, dans le désert du Djurab au Tchad, des restes du plus vieil hominidé jamais exhumé : un crâne, cinq fragments de mâchoire, quelques dents, un morceau de fémur. La découverte s'est déroulée lors d'une campagne de fouilles réalisée par l'équipe de Michel Brunet, paléoanthropologue à l'université de Poitiers. Si la trouvaille fait sensation, c'est parce que le crâne aurait 7 millions d'années et serait le plus vieux spécimen de pré-humain, détrônant ainsi Abel ou Lucy.

toumai620

Image extraite du reportage

Quelques mois plus tard, le 3 janvier 2003, France 3 Poitiers consacre une édition spéciale à cette découverte et convie Michel Brunet sur le plateau du journal pour évoquer celui que l'on prénomme désormais Toumaï, ainsi que les analyses en cours. Le paléoanthropologue de l'université de Poitiers évoque en premier lieu les émotions ressenties à l'occasion de la découverte de fossiles sur fouilles, "quand on a un hominidé fossile entre ses mains, quel que soit son âge, il y a toujours une charge émotionnelle très forte. Mais je dois vous dire que la charge émotionnelle la plus forte que j'ai eu, c'est quand on a trouvé le premier fossile en janvier 1995"

Après cette introduction, un reportage revient sur l'historique des découvertes de Michel Brunet au Tchad et notamment la découverte du fossile de Toumaï, le 19 juillet 2001. Dans ce reportage Michel Brunet précise l'intérêt des fouilles dans cette zone, "il y a une succession de faune qui va de – 3 millions d'années à – 5 millions d'années. Cette succession de faune et de flore va nous permettre maintenant d'avoir une bonne idée des environnements successifs pendant cette période. Et si vous me demandez ; est-ce que ces environnements sont compatibles avec ces primates ? Eh bien, je vous répondrez : c'est clair ! Ce que nous avons là, à 5 millions d'années, c'est complètement compatible !

"C'est le plus ancien représentant du rameau humain connu" 

Plus tard, par téléphone, le professeur Brunet ajoute concernant le crâne de Toumaï, "la capacité cérébrale est sensiblement équivalente à celle d'un chimpanzé, mais rien d'étonnant, on est à 7 millions d'années. Par contre, au niveau de la base du crâne, le trou occipital par lequel sort la moelle épinière, eh bien, est déjà avancé. Beaucoup plus avancé que chez les singes. C'est le plus ancien représentant du rameau humain connu. C'est un premier point. Second point. Il y a sa place géographique. Il n'est pas à l'est. Il est à l'Ouest, et loin à l'Ouest. Il est à 2500 km à l'Ouest de la "rift vallée". 

La découverte du fossile est aussi étonnante quant à sa localisation. Le commentaire précise que cette zone remet en cause l'origine du berceau de l'homme, qui était plutôt envisagé jusqu'alors à l'Est du Rift. La journaliste évoque ensuite une controverse scientifique née des doutes quant à l'origine supposément pré-humaine du fossile. 

"Je pense plutôt que c'est un ancêtre du gorille" 

Une équipe franco-kényane à l'origine de la découverte, en 2000, du fossile baptisé Orrorin, et daté de 6 millions d'années, doute de la nature d'hominidé de Toumaï. Brigitte Sénut, paléoantropologue de cette équipe déclare : "Moi aujourd'hui, je pense plutôt que c'est un ancêtre du gorille plutôt que celui d'un homme ou même d'un chimpanzé (…)" Pour expliquer son hypothèse, elle ajoute, "les éléments sont à la fois sexuels. Car d'après ce que l'on voit sur le crâne, par exemple, comme ici d'un gorille femelle, les caractères petites canines, ou face peu prononcée, finalement, on le trouve chez les femelles de grands singes". 

Hypothèse contredite par un Michel Brunet plutôt catégorique sur son fossile : "chez un singe, vous avez un bourrelet sub-orbitaire qui n'est pas continu, là il est fait comme un bourrelet sub-orbitaire d'homo Erectus mâle. Il est plus épais que les bourrelets sub-orbitaires de tous les gorilles mâles que j'ai mesuré.

De retour en plateau, le chercheur décrit son travail d'expertise et l'utilisation de la tomographie-scanner sur le crâne déformé qui consiste à "faire une reconstitution du crâne, lui redonner sa forme d'origine. Et quand cette reconstitution en 3 D sera terminée, je pourrais faire un moulage stéréo-lithographique, moulage laser en résine. Et à ce moment-là, il y aura deux crânes. Celui de Toumaï fossilisé et un moulage qui aura restitué les formes de départ. Alors forcément, c'est un travail un peu long". 

A ce moment-là, le paléoanthropologue a déjà réalisé plus de 30 000 tomographies-scanner. Son objectif est également de reprendre les fouilles dans le désert du Djurab au cours de l'hiver. Il espère alors trouver de nouveaux restes dans le même secteur et notamment des membres, "afin de confirmer ou d'infirmer s'il est bipède ou pas". Michel Brunet explique que l'autre volet de cette mission sera de trouver des restes et des niveaux géologiques plus anciens, "je pense que nous pouvons les trouver". 

Vingt ans après la découverte du crâne, une nouvelle polémique surgit, toujours sur le statut d'hominidé de Toumaï et sur sa bipédie. Un article publié en novembre dernier dans la revue Journal of Human Evolution (JHE), dévoile qu'un fémur, mis de côté par l'équipe, et découvert près du crâne, prouverait que Toumaï marchait à quatre pattes. Cette publication, signée par une ancienne élève et un ancien confrère de Michel Brunet à l’université de Poitiers, Aude Bergeret et Roberto Macchiarelli, sans remettre en cause l'intérêt de la découverte pourrait bien faire perdre à Toumaï son statut d’ancêtre direct des hommes modernes, le reléguant au statut moins prestigieux, de plus vieux primate…

Florence Dartois

Pour aller plus loin :

JT Lille Métropole : Musée d'histoire naturelle : la découverte de Toumaï change la donne ? Toumaï est sans doute notre plus vieil ancêtre, selon Michel Brunet le paléontologue de Poitiers. Quels changements provoque cette découverte selon le musée d'histoire naturelle de Lille ? (21 août 2002) 

20 heures le journal : découverte d'un crâne de 7 millions d'années. Reportage consacré à la découverte, au Tchad, d'un crâne vieux de 7 millions d'années. Les théories sur la naissance de l'Homme pourraient s'en trouver modifiées. (10 juillet 2002) 

20 heures le journal : interview en duplex d'Yves Coppens, découvreur de Lucy. Interview différé en duplex d'Islande d' Yves Coppens, mettant en évidence les apports pour la science de la découverte de Toumaï, un crâne de 7 millions d'années dans le désert du Tchad. Pré-humain ou pré-singe ? Le débat est encore ouvert selon lui. (10 juillet 2002) 

13 heures le journal : datation du crâne du plus vieil ancêtre de l'homme. Le crâne du plus vieil ancêtre de l'homme retrouvé au Tchad : ce crâne a 7 millions d'années. Cette découverte faite par un professeur français Michel Brunet détrône Lucy, et Abel considérés jusqu'alors comme les plus vieux témoignages de l'être humain sur terre. Lucye, découverte en 1974 en Ethiopie et qui remonte à un peu plus de 3 millions d'années. A ce propos, comment dater exactement ces crânes ou ces ossements ? C'est l'objet d'un travail particulièrement délicat et complexe. Interview Martin Pickford évoquant les difficultés de datation des fossiles découverts. (11 juillet 2002)

19-20  JT soir Poitou Charentes : crâne de Toumai, Michel Brunet est l'invité du Journal. Retour à Poitiers de Michel Brunet, professeur à l'université et directeur de la mission paléoanthropologique franco-canadienne, qui a annoncé il y a quelques jours la découverte d'ossements vieux de 7 millions d'années. En plateau, Michel Brunet donne quelques explication sur sa découverte en montrant un moulage en plâtre du crâne de Toumai. (12 juil. 2002)

Rédaction Ina le 29/12/2020 à 12:31. Dernière mise à jour le 19/07/2021 à 13:51.
Sciences et techniques