Le 27 mai 2000, le plongeur professionnel Luc Vanrell découvre au large de Marseille des morceaux du P-38 Lightning piloté par Antoine de Saint-Exupéry lors de sa disparition, le 31 juillet 1944. 

Cette découverte, qui concerne alors une jambe du train d'atterrissage gauche et des éléments de carlingue, intervient deux ans après qu'un pêcheur marseillais, Jean-Claude Bianco, a remonté dans ses filets le 7 septembre 1998 une gourmette aux initiales d'Antoine de Saint-Exupéry. Une découverte dont l'authenticité est alors mise en doute par la famille de Saint-Exupéry. 

La découverte des débris de l'avion permet donc d'accréditer la thèse de Jean-Claude Bianco. Les restes de l'appareil seront remontés entre le 1er et le 3 septembre 2003, après deux ans de tractations auprès du gouvernement français pour en obtenir l'autorisation. Il faut encore attendre le 7 avril 2004 pour que ces vestiges soient formellement identifiés. Le mystère de l'emplacement de l'épave du P-38 Lightning de l'écrivain pilote est alors définitivement résolu. 

Le mystère plane encore sur les circonstances exactes de sa mort. Le 31 juillet 1940, Saint-Exupéry décolle de Borgo, en Corse, territoire déjà libéré du joug allemand. Il part pour une mission de reconnaissance aérienne au dessus de la vallée du Rhône pour y prendre des photos afin de préparer le débarquer allié de Provence du 15 août 1944.

En 2008, un ancien pilote de la Lutwaffe, Horst Rippert, déclare avoir été celui qui a abattu l'avion de Saint-Exupéry, ajoutant : « Si j'avais su qui était assis dans l'avion, je n'aurais pas tiré. Pas sur cet homme. » Cependant, aucune preuve formelle ne venant appuyer ce témoignage, les circonstances exactes de sa mort restent encore à ce jour sujettes à caution. 

Rédaction Ina le 27/05/2020 à 14:30. Dernière mise à jour le 28/05/2020 à 08:48.
Histoire et conflits