Le 2 août 1990, l’armée irakienne envahit le Koweït. Bagdad, ruinée par neuf ans de conflits avec l’Iran, tente ainsi un coup de force qui pourrait lui rapporter argent et pétrole.

Mais en procédant ainsi, face à un adversaire loin de faire le poids militairement, Saddam Hussein viole le droit international, défini par la charte des Nations Unies que l’Irak avait ratifiée.

La réponse de la communauté internationale a lieu en deux temps. D'abord, dès le 6 août, l'opération Bouclier du désert met en place, de la part des Etats-Unis et de leurs alliés, la protection de l'Arabie saoudite. Au fil des mois qui suivent, la coalition internationale se renforce considérablement pour protéger tous les états (et leurs champs pétrolifères) de la péninsule arabique des appétits irakiens. Des centaines de milliers d'hommes attendent le déclenchement d'une opération militaire contre Saddam Hussein.

Celle-ci a finalement lieu à partir du 17 janvier 1991. C'est l'opération Tempête du désert, le second temps de la Guerre du Golfe. Jusqu'au 28 février, la coalition internationale sous commandement américain balaye l'armée irakienne. Le 28 février, le président américain George H. W. Bush déclare le cessez-le-feu.

Rédaction Ina le 29/07/2020 à 16:20. Dernière mise à jour le 29/07/2020 à 16:22.
Histoire et conflits