Faute de financements suffisants, le centre de soins la Dame blanche en Normandie est menacé de disparition, comme les animaux sauvages qu'il accueille depuis 1986. En 1995, il sauvait "Bambi" d'une mort certaine.

Le 11 mai 1995, le JT de France 3 Normandie consacre un reportage à La Dame Blanche, une association fondée en 1986 par Gérard Bertran et située à Saint-Julien-de-Mailloc dans le Calvados.

Le centre de sauvegarde de la faune sauvage accueille à l'époque 300 animaux par an. Des animaux blessés ou malades. Gérard, leur prodigue soins et attentions avant de les relâcher dans la nature.

Cette année-là, la star des lieux c'est Bambi en personne ! "Un faon de deux semaines trouvé par des promeneurs". La journaliste décrit le dévouement du responsable du centre : "depuis quelques jours Gérard s'est transformé en nourrice plein temps. Car pour Bambi, la cadence des biberons est pire que pour un nourrisson. Toutes les deux heures, y compris la nuit !"

Gérard Bertran décrit le contenu du biberon qu'il donne avec patience au bébé : "Au départ c'est du lait vétérinaire, du lait en poudre très riche, très vitaminé. Donc pendant deux mois. Et ensuite, il faut lui apporter de nombreux feuillages. Le chevreuil est un animal très délicat, qui a une flore intestinale très délicate. Et donc il faut qu'il ait à sa portée une nourriture très importante mais surtout très diversifiée."

La journaliste revient sur la genèse du centre : "Créé en 1986, le centre de sauvegarde de la faune sauvage, l'un des seuls de ce type en France, accueille 300 animaux par an, mammifères et oiseaux. Bambi, lui restera un an. Le temps d'apprendre à se nourrir seul et surtout de se réhabituer progressivement à la vie sauvage. D'ailleurs la plupart des pensionnaires retrouveront la liberté dès que possible."

bambi620

L'amoureux de la nature raconte ensuite comment lui est venue sa passion de la nature : "Un jour quelqu'un est venu m'apporter une petite chouette. A cette époque-ci j'avais 12 ans et c'est là que j'ai commencé à soigner mon premier animal. C'était un bébé hulotte à l'époque que j'avais appelé "Bouboule" et que j'ai élevé pendant six mois chez moi."

La journaliste constate : "une passion très chouette qui hélas ne paye pas. Car si le centre a reçu l'agrément du ministère de l'Environnement, l'association ne vit que de dons. Pour s'en sortir, Gérard Bertran, également photographe animalier, vend ses productions et ses connaissances, notamment auprès des enfants dans les écoles." A Sarah et Jonathan, il explique qu'il ne faut pas récupérer un animal qui semble isolé, ici un bébé chouette : "ils ne sont pas abandonnés donc il faut éviter de les ramasser comme l'ont fait les personnes ici car ce sont des petits bébés qui sont en parfaite santé. Même quand ils quittent les nids, les parents viennent les soigner au sol. Donc il ne faut pas du tout s'en occuper."

La journaliste conclut : "A la Dame Blanche, on se consacre donc à la recherche de partenaires financiers et on planche sur un projet de parc animalier. D'ici là les deux bébés hulottes seront devenus de belles grandes chouettes."

Le parc rêvé par Gérard en 1995 a bien ouvert. Il accueille désormais 1000 bêtes par an. Il attire chaque année plus de 10 000 visiteurs. Ce qui contribue à financer les soins et à réintégrer plus de la moitié des animaux dans la vie sauvage. Mais depuis 2017, la Dame Blanche connait des difficultés financières qui menacent sa mission. L'association, contrainte de moderniser ses infrastructures, s'est endettée au point d'être en danger.

Fin 2019, il manquait 50 000 euros à Gérard pour remettre l'association à flot. Le décès de son fils qui devait reprendre le flambeau a encore fragilisé le centre. A la date du 21 janvier 2019, une cagnotte a déjà permis de récupérer plus de 26 000 euros sur les 30 000 nécessaires au sauvetage. Gageons que la solidarité permettra de continuer à sauver les animaux recueillis chaque année au parc animalier normand.

Pour aller plus loin

Le lien vers le site de La Dame Blanche 

Midi en Normandie : 6ème festival du diaporama nature de Lisieux. 20 auteurs présenteront leurs oeuvres autour des oiseaux. Interview de Gérard Bertran. (26 mars 1996)

F2 Le Journal 13H : Centre de la dame blanche : clinique des oiseaux. En Normandie, près de Lisieux, le centre de "La dame blanche" recueille et soigne des animaux, des rapaces pour la plupart. Les animaux recueillis appartiennent souvent à des espèces rares (10 avril 1997) 

JT Basse Normandie soir : accueil des bébés animaux de la Dame Blanche. Reportage au refuge de "la dame blanche" où l'on soigne des animaux abandonnés. Les animaux abandonnés ne sont pas ceux que l'on croit... Bien souvent des promeneurs ramènent des animaux qui sont, en fait, sous la surveillance des parents, mais une fois recueilli un animal sauvage ne peut plus être relâché avant son sevrage. 

JT Basse Normandie soir : recueil d'oiseaux mazoutés. Des oiseaux mazoutés par dizaines sur les côtes normandes, surtout des guillemots et des pingouins, victimes probables d'un dégazage dans la Manche. Ils sont soignés au refuge de la "dame blanche" dans le Pays d'auge. (Centre de sauvegarde de la faune sauvage, association pour la nature) (18 février 1999) 

Edition Basse Normandie 19h00 - 19h20 : l'association "La Dame Blanche" relâche des rapaces. L'association de protection des oiseaux "la dame blanche" a remis des rapaces en liberté aujourd'hui. Les chouettes blessées puis soignées ont été relâchées sous le regard d'enfants. A cette occasion, l'association a présenté une exposition et des ateliers à la chapelle Saint Clair. (27 mars 2005)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 21/01/2020 à 18:52.
Sciences et techniques La vie