Pédaler pendant des heures, pas facile pour les mollets des cyclistes mais pas seulement… les vessies aussi sont mises à rude épreuve. Alors, comment se soulager sans choquer les spectateurs ? En 1991, les coureurs avaient trouvé la solution…

Ce vendredi 12 juillet 2019, les coureurs du tour entament la 7e et plus longue étape de l'épreuve : Belfort - Chalon-sur-Saône, avec ses 230 km au compteur. Dans ces conditions, pas faciles d'assouvir ses besoins naturels…

Certes ces sportifs sont capables de se ravitailler en eau et en nourriture sans descendre de leurs vélos, mais comment faire quand une envie pressante vous saisi ? Pas question de perdre du temps au classement ! Ni de vous arrêter en plein sprint, encore moins de se soulager devant les spectateurs…

En 1991, lors de l'étape Aix les bains – Mâcon, les athlètes de la petite reine avaient dérogé à la règle pour le plus grand plaisir des journalistes sportifs prompts à commenter n'importe quel imprévu... En premier lieu, Robert Chapatte...

"A leur décharge, si j'ose dire, il n'y a pas d'arbres au bord de la route et puis ceux qui sont là sont occupés par des spectateurs..."

Patrick Chêne ajoute "Mais les commissaires n'aiment pas bien d'ailleurs. Il y a eu des amendes prévues pour attitude inconvenante, dit-on, quand les coureurs ne se cachent pas. Et surtout dans la traversée d'un village... c'est interdit et c'est bien !"

tdf-pipi312
Rédaction Ina le 08/07/2019 à 17:56. Dernière mise à jour le 08/07/2019 à 18:02.
Autres sports Cyclisme