L’écrivain Gabriel Matzneff, âgé de 83 ans, est au cœur d’une polémique déclenchée par la sortie, ce jeudi 2 janvier, du livre Le Consentement, de Vanessa Springora. Elle y raconte comment elle fut séduite, à 14 ans, par Gabriel Matzneff alors proche de la cinquantaine. Une relation connue de ses proches et du milieu littéraire parisien, qu’il revendique lui-même dans ses livres, affichant ses « conquêtes » de jeunes adolescents et adolescentes âgés de 10 à 16 ans.

Invité en mars 1990 par Bernard Pivot pour une émission d’Apostrophes consacrée à la fidélité, Gabriel Matzneff s’épanche une nouvelle fois sur ses conquêtes, des relations pédophiles multiples racontées dans son livre Mes Amours décomposés. Seule face à la bonne humeur régnante sur le plateau, la journaliste et romancière québécoise Denise Bombardier s’insurge contre Gabriel Matzneff, rappelant que « ces petites filles de 14 ou 15 ans ont été non seulement séduites, mais ont subi ce que l’on appelle dans les rapports entre les adultes et les jeunes, un abus de pouvoir ».

Continuant son réquisitoire contre un comportement qui, vu de « son continent », lui paraît relever « d’une autre planète » et rappelant le « droit des enfants à être protégés comme des enfants », Denise Bombardier s’interroge sur la vie de ces jeunes adolescentes une fois devenues adultes : « Je crois que ces petites filles là sont flétries, et la plupart d’entre elles flétries peut-être pour le restant de leurs jours ». En conclusion, l’auteure canadienne relève que « si Monsieur Matzneff était un employé anonyme, […] il aurait des comptes à rendre avec la justice de ce pays ».

Rédaction Ina le 30/12/2019 à 12:42. Dernière mise à jour le 30/12/2019 à 16:21.
Economie et société