Le salon du cheval devrait faire le plein de passionnés de chevaux jusqu'au 8 décembre. L'occasion de dresser le portrait d'un cheval prestigieux, Jappeloup de Luze, qui permit à Pierre Durand son cavalier, de remporter la médaille d’or de jumping aux J.O. de Séoul en 1988.

Deux ans plus tôt, le 8 décembre 1986, Sport Hebdo consacre un long reportage à Jappeloup et à son cavalier Pierre Durand. A l'époque, le duo est champion de France, en tête du classement provisoire de la Coupe du Monde de jumping.

Jappeloup est né le 12 mars 1975 dans la ferme équestre d'Henry Delage à Saint-Savin en Gironde. Il a tout d'un miracle, comme le souligne Pierre Durand : "issu d'un père trotteur et d'une mère Pur-sang, un mariage un peu coquin. Jamais on n'aurait pu penser qu'il aurait pu avoir une carrière de sauteur !"

Sur des images de Jappeloud dans son box, le cavalier revient sur leur première rencontre, alors que le cheval avait 4 ans : "A l'époque je l'avais jugé - sans trop le dire à Henry [Delage] pour ne pas froisser sa susceptibilité - mais j'avais trouvé le cheval véritablement trop petit. Pas du tout formé encore, et je ne pensais sincèrement, pas du tout à l'époque, que ça puisse faire un sauteur. Alors gentiment, j'avais demandé à Henry Delage de le faire grandir, d'attendre une année supplémentaire et puis de me le présenter. Mais je pensais qu'entre temps, ou le cheval suivrait une autre orientation, ou Henri Delage serait découragé…. Et finalement, un an après, il est revenu à la charge en me présentant Jappeloup de Luze. A ce moment-là, j'ai pu constater que d'une part, le cheval s'était développé normalement, bien qu'il n'ait pas grandit tellement, et surtout, présentait de bonnes aptitudes à l'obstacle. Ce qui fait qu'à partir de l'âge de 5 ans, au mois de juillet, Henry Delage m'a confié son cheval en exploitation."

Jappeloup arrive dans le pré et Pierre Durand poursuit son portrait :

"C'est un little big horse comme disent les Anglais. Jappeloup de Luze mesure 1,58m au garrot. C'est sur le circuit international actuellement le cheval le plus petit, et de loin, puisque la plupart de ses congénères mesurent au moins 10, si ce n'est, 20 cm de plus."

Le cavalier explique ensuite comment les chevaux sautent les obstacles : grâce à la force de leur "arrière main, qui leur permet de se propulser en hauteur… de surcroît, Jappeloup a un caractère très affirmé et une volonté intangible. C'est un cheval courageux qui a envie de faire des efforts et qui adore sauter et un physique en plus très fort, très dur, très costaud. De sorte qu'il cumule un ensemble de caractéristiques et de qualités qui font de lui un être vraiment exceptionnel."

Cavalier et monture partent pour une balade en forêt : "Il est important, quand les chevaux ont passé trois ou quatre jours dans des conditions de compétition qui sont difficiles pour eux, artificielles : ils logent dans des halles, sous des lumières artificielles, avec beaucoup de bruit. Un environnement qui n'est pas naturel, ni équilibrant pour eux. Il est important, lorsqu'on revient à la maison de les remettre au pré, de les promener dans la nature afin qu'ils retrouvent cet équilibre qui est très nécessaire avant chaque grande compétition."

Jappeloup, comme tout sportif de haut niveau, bénéficie d'attentions permanentes, notamment un solarium artificiel qu'il semble particulièrement apprécier…

Pierre Durand explique que cela : "facilite l'irrigation sur le dos, la vascularisation du dos. C'est une très bonne façon de récupérer des fatigues d'une compétition." Même principe après l'entraînement.

En hiver, le cheval passe dix minutes sous la lumière avant le travail : "pour bien les décontracter"… et "il adore ça ! C'est comme nous quand on va chez le coiffeur, le matin à huit heures et qu'on se fait masser le cuir chevelu. C'est très agréable, on s'endormirait."

La caméra filme les très nombreuses médailles et récompenses qui entourent le box du champion : "En six années de compétition, il a remporté une quarantaine de victoires en France et dans le monde. Au championnat du monde de cette année-là "à Aix-la-Chapelle, le couple français a réalisé du jamais vu : 85 sauts consécutifs sans la moindre faute ! Une archive revient sur l'exploit et montre l'enthousiasme des commentateurs éberlués "quatre parcours sans faute !"

jappeloup620

A l'époque, Pierre Durand se prend à rêver des Jeux Olympiques de Séoul prévus deux  plus tard : "Si tout va bien… il devrait être en totale maturité pour participer à ces Jeux Olympiques puisqu'il sera âgé de 13 ans, ce qui représente le meilleur âge pour un cheval de saut d'obstacles."

"Tous les espoirs nous sont permis !"

jappeloup-620

Jappeloup entre dans la légende...

De fait, en 1988, aux Jeux olympiques de Séoul, le cheval va dépasser les espoirs de son cavalier. Après avoir gagné la médaille d'or avec un parcours sans faute, Pierre Durand lui accrochera sa médaille sur le poitrail pour le remercier. Jappeloup revient en superstar en France, il est même reçu sur un plateau du journal télévisé d’Yves Mourousi. 

Jappeloup est mis à la retraite en 1991. Pour l'occasion, un jubilé est organisé au Champ-de-Mars à Paris, au pied de la Tour Eiffel avec une compétition de saut d'obstacles réunissant les 25 meilleurs cavaliers du moment.

Le cheval ne profitera pas longtemps de sa retraite. Il meurt d'un arrêt cardiaque à peine deux mois plus tard, le 5 novembre 1991, âgé de seulement 16 ans. 

Jappeloup rejoint le pré de son cavalier pour y être enterré. La tombe de Jappeloup, sur la commune de Puynormand, reçoit régulièrement des visiteurs.

Pour aller plus loin

Stade 2 : Equitation : Durand et Jappeloup. Portrait du cavalier Pierre Durand et de son cheval Jappeloup.  (09 mars 1986)

Stade 2 : la légende de Jappeloup. Reportage qui revient sur l'épopée de Pierre Durand, cavalier médaillé lors des Jeux olympiques de Séoul en 1988, et son cheval Jappeloup. (03 mars 2013)

20 heures de France 2 : sortie du film "Jappeloup" de Christian Duguay, avec Guillaume Canet. (9 mars 2013) 

20 heures de France 2 : sortie du film "Jappeloup". Invité Guillaume Canet.  (9 mars 2013)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 05/12/2019 à 16:31.
Sport