France 4 diffuse ce soir "Manon des sources", film de Claude Berri réalisé en 1986, adaptation du roman éponyme de Marcel Pagnol. Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart y interprètent les rôles principaux. L'année de la sortie du film, ils évoquaient leur rapport à l'oeuvre littéraire et à cette région de Provence qu'ils connaissaient bien...

Le 24 octobre 1986, avant l'avant-première organisée à la Cinémathèque de Nice, le JT Côte d'Azur Actualités rencontre les deux principaux interprètes Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart et les interroge à propos des personnages imaginés par Marcel Pagnol.

Manon des Sources est le second opus, après Jean de Florette, également réalisé par Claude Berri. Daniel Auteuil, qui joue Ugolin, était déjà un familier de Pagnol comme il le confie au journaliste, "je pense que le fait que Pagnol et Giono aient été mes auteurs de chevet m'a beaucoup aidé pour entrer dans la vie d'un personnage de Pagnol, pour devenir un personnage de Pagnol. Mais ce n'était suffisant, il fallait faire une complète immersion dans ce personnage d'Ugolin et chaque fois, il est difficile pour un acteur de plonger comme ça intensément dans la peau d'un personnage. Ce n'était pas quelque chose d'aussi évident que ça".

Pour Emmanuelle Béart, jeune comédienne dont c'est le premier film, le challenge d'incarner Manon n'était pas simple non plus, "Moi aussi je suis née à Gassin [Var] et Pagnol et Giono ont été aussi mes livres de chevet à l'école. Et donc, c'est pareil, je connaissais bien cet univers-là. Et les collines, les arbres, les animaux, c'est tout ce que j'ai vécu quand j'étais petite".

La comédienne explique ensuite qu'elle n'avait pas visionné le premier "Manon des sources" avant le tournage, "j'avais besoin de laisser mon imagination travailler et je ne pouvais pas voir tout ce que j'avais imaginé vivre à travers quelqu'un d'autre, donc j'ai vu le film après. Alors effectivement, je trouve qu'il n'y a aucune comparaison entre les deux films. Et même, en ce qui concerne, le personnage de Manon, nous sommes Jacqueline Pagnol et moi, deux Manon très différentes".

Le journaliste leur demande ensuite si ce n'était pas un pari difficile à gagner ?

Pour Daniel Auteuil, "le pari était de pouvoir tenir pour lui [Claude Berri] pendant neuf mois. Je veux dire, de faire un film de onze milliards, de couvrir les frais d'un tel budget. Le pari était pour Berri. Nous on était au service de Pagnol, au service d'une aventure et bon, on avait le risque d'être bon ou mauvais dans un film. Mais c'est notre lot, c'est notre travail. Ce n'était pas un risque pour nous. On a eu la chance de faire un inédit comme Jean de Florette. C'était un inédit. Et la version que nous avons tournée de "Manon des sources" n'est pas le "Manon des sources" du film de Pagnol. C'était le "Manon des sources" du livre, dix ans après avoir tourné ce film, Pagnol a complètement remodifié l'histoire".

Pour aller plus loin

Le journal FR3 Alpes Provence Méditerranée : les coulisses du tournage de "Manon des sources" à Mirabeau. Découverte des décors du film Manon des sources de Claude Berri à Mirabeau quelques jours avant le tournage et réactions des habitants ravis des transformations incroyables de réalisme de leur village.  (26 août 1985)

JT Montpellier : avant la sortie du film Manon des sources, interview d'Emmanuelle Béart. A l'occasion de la prochaine sortie du film "Manon des sources", diffusion de scènes de tournage du film "Jean de Florette", suivie d'une interview d'Emmanuelle Béart qui raconte la difficulté de tourner durant neuf mois et de se glisser dans la peau de Manon qui s'exprime peu et fait passer sesémotions par le regard. (05 novembre 1986)

L'interview rigolote

C'est encore mieux l'après-midi : Emmanuelle Béart à propos de  Manon des sources Christophe Dechavanne reçoit l'actrice pour évoquer le tournage des deux films de Claude Berri Jean de Florette et Manon des Sources qui a eu lieu en même temps pour profiter du rythme des saisons; elle raconte sa rencontre avec Claude Berri à un déjeuner des César et dresse le portrait de son personnage, "une petite boule de douleur". Elle évoque aussi les autres acteurs dont Yves Montand. Il est aussi question du budget de cette superproduction. Elle confie qu'elle a dû voir le film trois fois avant de pouvoir se détacher de sa propre prestation. Isabelle Biarnes de la SOFRES révèle que pour la première fois un metteur en scène a fait appel au sondage pour la programmation d'un film. Le sondage a révélé que 97 % de Jean de Florette ont dit avoir aimé le fil et 95% ont dit avoir envie de voir Manon de Sources.

Rédaction Ina le 23/07/2020 à 18:01. Dernière mise à jour le 23/07/2020 à 18:08.
Art et Culture Cinéma