Pourquoi les hommes mûrs préfèrent-ils les femmes plus jeunes qu'eux ? En 1985, l'émission "Aujourd'hui la Vie" posait la question à Serge Gainsbourg. Sans complexe mais avec une certaine justesse, l'auteur-compositeur-interprète tentait d'analyser ce grand fossé entre la vie amoureuse féminine et masculine.

"Alors, pourquoi ce goût pour les jeunes filles Serge ?"

Le ton est donné. Cette interview diffusée dans le cadre du magazine d'Antenne 2, Aujourd'hui la vie, le 1er octobre 1985, porte un titre imagé mais évocateur : "Elle au printemps, lui en hiver". Il s'agit d'un débat mené autour du thème des couples formés de jeunes femmes et d'hommes "qui pourraient être leur père". Au cours de l'émission, les invités témoignent de leur propre histoire. L'échange est ponctué d'un micro-trottoir et de l'interview de Serge Gainsbourg, connu pour son goût des jeunes femmes, "Quand je perds les pédales, elle perd les pétales…"

Serge Gainsbourg loin de réfuter ce goût le justifie par une pirouette métaphorique : "Je suis un esthète quelque part. Une fleur qui s'ouvre, c'est plus intéressant qu'une fleur qui perd ses pétales…"

Chemise en jean, pull marin sur les épaules et cigarettes incandescente aux lèvres, le chanteur évoque, avec sarcasme et une dose d'objectivité, sa relation aux femmes. S'il aime les femmes jeunes, il reste néanmoins conscient de l'injustice subie par les femmes au cours de leur vie amoureuse et il souligne cette inégalité de traitement, "ça dépend… il y a de très jolies femmes de 50 balais, faut pas déconner ! La vie, c'est la vie et je ne vois pas pourquoi l'homme a une fixation sur l'âge des femmes !"

Une fois ce constat établi, l'artiste concède que pour sa part, il entretient alors une relation avec "une jeune fille en fleurs" et précise, "je suis monogame. Ça peut changer. J'ai eu des périodes de polygamie effrénée. Maintenant je suis monogame". Comme pour s'excuser d'aimer une femme  unique mais plus jeune que lui il ajoute taquin : "Elle est mignonne la petite eurasienne". [Il s'agit de Bambou]

Serge Gainsbourg analyse son goût par son côté "Pygmalion à l'horizontale… si vous voyez ce que je veux dire." Lorsque la journaliste lui demande si, ce qui lui plait dans cette situation, ce n'est pas uniquement le sexe, il s'insurge : "Ça ne va pas la tête ! Ecoutez, dans la vie, il n'y a pas que la baise ! Il y a aussi l'ouïe, l'odorat, le toucher, l'œil et le goût. Toutes les approches que l'on peut subir ou faire avec une femme… avec une jeune femme."

Il précise le sourire en coin : "le repos du guerrier, c'est vraiment une connerie parce qu'il n'y a rien de plus fatiguant, et de plus éprouvant, que de baiser" il ajoute une boutade : "Si c'est bien fait !"

gainsbourg620

Redevenu sérieux, il ne peut que constater une injustice sociétale : "Ceci est cruel. L'homme est privilégié par rapport à la femme, en ce sens que moi, je peux me mettre avec une gamine de 24 ans, sachant que j'ai 57 ans. Certains dirons que c'est scandaleux, mais moi non, ajoute-il hilare, avant de poursuivre son constat, "mais imaginons le contraire : une femme de mon âge avec un gamin de 25 balais et bien qu'est-ce que c'est ? C'est un gigolo. C'est ça qui est cruel… mais c'est dans les mœurs."

Reste que vivre avec une femme de son âge semble tout de même lui paraître singulier : "Imaginons une autre situation. Je reste avec une gonzesse que j'ai connue en Archi' ou aux Beaux-arts et bien, je serais avec une vioque de 57 balais !" Tout sourire, il appuie son propos par une anecdote concernant Groucho Marx : "Il venait d'être grand-père. On lui demande : qu'est-ce que ça vous fait d'être grand-père ? Il répond : Je ne m'habituerai jamais à être marié à une grand-mère ! C'est net ça ! Bon enfin, c'est comme ça."

Quant à sa monogamie du moment, il la justifie pudiquement : "j'ai peut-être quelques sentiments pour la petite dernière. La petite Bambou…"

En guise de conclusion, lorsque la journaliste lui demande si l'amour existe ? Il opine du chef et répond "oui", en ajoutant, "il y a Balzac qui dit qu'en amour, il y en a toujours un qui souffre et un qui s'emmerde. Mais de conclure pour son cas particulier, "Mais enfin pour l'instant ça va ! Tout baigne… dans le sang."

Pour aller plus loin

Birkin-Gainsbourg, un couple mythique. (Article)

1969, sortie de la chanson "Je t'aime... moi non plus" (Article)

Chanson La décadanse, un slow sexy et inversé de Serge Gainsbourg. (Vidéo)

Gainsbourg for ever (Article)

D'autres contenus du magazine Aujourd'hui la vie

Rédaction Ina le 11/03/2020 à 15:44. Dernière mise à jour le 12/03/2020 à 11:15.
Art et Culture Economie et société