Autant en emporte le vent a été retiré de la plate-forme de streaming HBO, en raison de son traitement édulcoré des réalités du Sud esclavagiste. Le film, adapté du roman éponyme, fut réalisé en 1939 par Victor Fleming. En 1981, à sa ressortie en France, il était attendu avec impatience par des fans de tous âges.

« Autant en emporte le vent n'a pas pris une ride en 42 ans ». C'est ainsi que le journaliste Jean-Claude Bourret annonce en 1981 la troisième présentation du film en France depuis sa sortie en 1950 (11 ans après la sortie américaine). Alors que la plate-forme de streaming américaine HBO Max a annoncé retirer momentanément le film aux 10 oscars en plein mouvement de protestation contre le racisme et les violences policières aux Etats-Unis, afin de resituer l'oeuvre dans son contexte, sa sortie en 1981 ne créait aucun remous quant à la problématique de l'esclavage. 

Bien au contraire, c'était le « film le plus célèbre du cinéma » qui était alors acclamé, aussi bien par le commentaire du journal télévisé que par les cinéphiles interviewés avant la projection, pressés de revoir un film considéré comme un des monuments du septième art, à l'importance aussi bien artistique, qu'économique et culturelle. L'historien du cinéma Charles Ford expliquait ainsi son succès : « D'abord parce que le roman est un des romans les plus célèbres de la littérature américaine, que presque tout le monde a lu ce roman, et que ce roman est justement très romantique. Comme il se trouve que les acteurs correspondent exactement aux personnages, ça a donné au film une espèce d'aura qui reste et continue ».

Au jeu du microtrottoir, les avis étaient tout aussi enthousiastes. Ainsi, une spectatrice expliquait le « revoir avec beaucoup de plaisir » et être certaine de son succès futur. Une autre adepte du film se confiait : « Je l'ai vu à sa première parution [en 1950] et je vais le revoir une seconde fois ». Un film qui « n'a pas vieilli » et qu'il « faut avoir vu si on aime le cinéma », selon un jeune cinéphile.

Une référence cinématographique de l'avis de tous donc, sans aucune voix pour évoquer, en 1981, la question raciale qui fait aujourd'hui tant débat. 

Rédaction Ina le 10/06/2020 à 19:05. Dernière mise à jour le 11/06/2020 à 15:58.
Art et Culture Cinéma