En raison d'un conflit social entre une société prestataire de nettoyage et la RATP, des détritus ont été déversés dans plusieurs stations du métro parisien. En 1980, déjà, le métro était submergé par les déchets.

"Dans certaines stations, on assiste à la prolifération des rats, des souris et même des vers de terre." Le présentateur Patrick Poivre d'Arvor annonçait la couleur en 1980 en ouverture du journal télévisé. En cause ? Des nettoyeurs du métro parisien en grève depuis 29 jours. Ils revendiquaient une hausse de leur salaire comme le soulignait Michel Blouse, de la CFDT : "Après 29 jours de grève, on a entamé les négociations avec les patrons du nettoyage. Actuellement sur les 500 francs que demandent les travailleurs pour arriver à 2800 francs nets par mois, les patrons n'ont accordé actuellement que 191 francs."

La plupart des employés de la RATP et des usagers du métro semblaient en accord avec les grévistes : "En général, ils ont raison parce que vivre avec ce qu'ils ont, c'est terriblement difficile. 2800 francs par mois, c'est pas la mer à boire de ce qu'ils demandent." Avant qu'une usagère ne rajoute : "Ce n'est pas normal, ils devraient être augmentés." Tandis qu'un homme regrettait cette situation : "C'est très désagréable pour le public, je me mets à leur place."

Rédaction Ina le 29/05/2019 à 11:47.
Economie et société