En cette période de confinement, les propriétaires de chats vous le diront, ils vivent chez leur chat ! C'est exactement ce que constatait la chanteuse Nicoletta en 1977. "Propriétaire" de cinq matous, elle racontait sa vie à leurs côtés.

Qui dit vivre avec un chat, veut en réalité dire, être invitée chez lui. C'est ce que reconnait avec humour la chanteuse qui recevait en 1977 l'émission animalière 30 millions d'amis. Cinq chats partagent à l'époque sa vie. Trois magnifiques félins nés de l'union d'une siamoise "aux longues griffes" et d'un "Félix" blanc et noir. Soit une famille de cinq minets plutôt encombrants et pas toujours très sages : "depuis cinq ans, je vis chez eux. Pour vivre avec des chats, il faut aimer la nature, aimer les plantes et vivre simplement (…) avoir des meubles qui ont une âme, plutôt qu'une réelle valeur". Précise-t-elle en riant, et de fait la caméra zoome sur un canapé déchiqueté, gardé par un chat angora blanc et noir, bien décidé apparemment à ne laisser personne s'approcher de son trône.

L'artiste poursuit "A partir du moment où j'ai décidé d'avoir cinq petites bêtes comme ça et bien tant pis, il est interdit de mettre des fleurs sur le piano… Si je rentre le soir, je trouve le pot de fleurs par terre, l'eau qui tombée dans le piano. Je passe deux heures avant d'aller coucher à sécher toutes les cordes parce que sinon elles vont rouiller. Et ils savent très bien qu'ils ont mal fait…"

Car oui, les chenapans se cachent pour ne réapparaître que deux jours plus tard "alors je rouspète : bravo les chats ! C'est du joli ! Et en plus, ils me font la tête deux jours. C'est eux qui me font la tête !" s'exclame-t-elle faussement agacée.

Nicoletta reprend avec affection qu'en les observant, on réalise qu'ils ont chacun "leurs propres goûts et leur façon de vivre. Ils ont chacun leur territoire..."

... Et leurs manies. Ainsi Harmonie, la siamoise, adore la télévision "et quand je passe à la télé, ma secrétaire me dit qu'elle me reconnait. Quand elle entend ma voix, il paraît qu'elle est complètement troublée, elle cherche, elle est très intriguée".

Elle conclue : "ce qui est important avec toute la pollution, la vie très active et rapide que nous avons dans les villes, c'est important d'avoir des rapports avec les animaux. De les voir vivre, c'est une très grande leçon, on apprend beaucoup de choses sur le plan sensibilité. Ils nous donnent vraiment des leçons de tendresse."

Voir le reportage en intégralité

chat620
Rédaction Ina le 05/05/2020 à 18:35. Dernière mise à jour le 05/05/2020 à 18:42.
Economie et société