Le dernier magasin Tati, situé boulevard Barbès à Paris, va bientôt fermer ses portes. C'est Thierry Boukhari, le directeur général délégué du groupe GPG (propriétaire de Gifi, Tati, Besson et Trafic), qui en a fait l'annonce ce mardi. Retour en 1976, lorsque Jules Ouaki, fondateur de la marque, expliquait les principes du textile bon marché.

Le magasin du boulevard Barbès, ouvert en 1948 par Jules Ouaki, créateur de la marque Tati, était l'une des institutions commerciales de ce quartier populaire à la frontière des 18e et 10e arrondissements de Paris. 

En 2017, le groupe Tati, propriété du groupe Eram depuis 2004, avait été mis en vente puis placé en redressement judiciaire, avant d'être repris par le groupe GPG, qui n'a pu contrebalancer la désaffection de la clientèle. 

Avec la reprise en 2019 de 50 magasins Tati par l'enseigne Gifi et la gestion de 29 autres magasins à travers l'enseigne de déstockage KLO, la magasin du boulevard Barbès restait le seul à porter l'enseigne Tati. Mais les changements de comportement de consommation, auxquels se sont ajoutées les graves difficultés financières liées à la crise des Gilets jaunes et à la crise du Covid, auront finalement pour résultat la disparition de ce magasin historique à la devanture rose vichy. 

En 1976, à l'intérieur de ce qui est très probablement le magasin amiral du boulevard Barbès (nous n'avons pu retrouver avec certitude qu'il s'agit de ce lieu), Jules Ouaki donnait la recette de son succès: "Nous faisons un très gros chiffre d'affaires, nous achetons de très grandes quantités, nous avons le débit et nous avons la consommation."

Rédaction Ina le 07/07/2020 à 15:30. Dernière mise à jour le 07/07/2020 à 15:43.
Economie et société