Le mouvement mondial "Friday for Future" s'étend dans le monde entier. De Suède, où il est parti à l'initiative de la jeune Greta Thunberg, 15 ans, il s'est essaimé en Belgique, en Suisse, en Australie et touche à présent la France où les lycéens sont appelés à se mettre en grève scolaire les vendredis après-midi avec ce mot d'ordre "A quoi ça sert d’aller en cours si on n’a pas d’avenir ?".

Vendredi 12 avril 2019, ils se rassemblent devant l'Assemblée nationale sous le slogan "Dernière teuf avant extinction".

La conscience écologique des enfants, ce n'est pas récent. En 1975, ces collégiens réalisaient une exposition sur la pollution à Paris et imaginaient la ville de demain. Une cité dépolluée où il ferait bon vivre.

"Il y a trop de voitures, y'a une personne par voiture ! Ça fait beaucoup trop de monde !"

"Il faudrait diminuer les voitures, essayer de construire moins d'immeubles, moins de grandes tours pour que Paris soit plus sain..."

"Tu as déjà vu des gens qui polluaient ? Oui… ils fumaient, ils jetaient des papiers par terre, ils laissaient leurs chiens salir les trottoirs…"

La pollution, ils estimaient qu'il était de la responsabilité de chacun de la diminuer et proposaient des solutions parfois radicales pour la vaincre...

"Il faudrait qu'il y ait des contractuelles en civil et dès qu'elles voient quelqu'un jeter des papiers, ben mettre des amendes !"

enfantpollution620
Rédaction Ina le 15/02/2019 à 09:54. Dernière mise à jour le 09/04/2019 à 17:43.
Economie et société