Gisèle Halimi, avocate, figure du féminisme et signataire du Manifeste des 343, défendait avec vigueur le droit à l'avortement, comme ici, dans cet échange avec une opposante à la future loi Veil.

Le 8 janvier 1974, dans l'émission Aujourd'hui madame, Gisèle Halimi prononce un vibrant plaidoyer en faveur de l'avortement.

Son interlocutrice lui pose une question d'éthique, selon elle, sur la loi en préparation "Je vous demanderais si cette loi est améliorée, c'est-à-dire si l'avortement devient libre pour toutes et si un jour vous vous trouvez en présence d'une femme qui vient de tuer son enfant, de quelques jours ou quelques mois. Qu'est-ce que vous allez faire à cette femme alors que vous donnez l'absolution à celle qui aura tué son enfant dans son ventre ? C'est une contradiction !"

"Nous nous battons pour que les femmes soient libres de choisir leur maternité..."

Très calmement, l'avocate donne ses propres contre-arguments à cette question. Une réponse où chaque mot est pesé, "Moi, je trouve que, je m'excuse de le dire, mais il faut vraiment le répéter. Je le répéterai autant de fois que j'en aurai la force pour que ça soit dit une fois pour toutes et compris. Nous ne faisons pas de croisade pour l'avortement. Nous nous battons pour que les femmes soient libres de choisir leur maternité. Ça, c'est fondamental. Et l'important, voyez-vous madame, c'est que si moi, je suis libre de choisir mes maternités, vous, avec les conceptions que vous aurez, que j'ignore, mais que je crois deviner. Quelles que soient vos convictions philosophiques, religieuses, morales, vous aurez comme moi le droit de choisir. Je veux dire que si vous vous entendez ne jamais avorter et avoir un enfant chaque fois que vous aurez un rapport sexuel, c'est votre affaire. Ce qui est intolérable, c'est que vous, ayant fait ce choix. Vous ayez la prétention de l'imposer aux autres".

"Il faut bien permettre à une femme d'avoir des enfants qu'elle désire"

Son interlocutrice, la bouche pincée dénie ces propos va et vient négatif du visage, mais Gisèle Halimi, très déterminée, poursuit sa démonstration, "Et la deuxième chose que je veux dire, c'est pourtant le débat qui a lieu aujourd'hui dans le pays. Ce n'est pas autre chose. Une loi qui libéralise l'avortement, en deuxième lieu, car je tiens aussi à signaler que dans la proposition de loi que "Choisir" a élaboré en tant que travail, puisque "Choisir" est un mouvement, une association apolitique qui n'a pas de député, mais cette proposition a été reprise par le parti socialiste. Le titre numéro 1, c'est la contraception et l'éducation sexuelle. Alors, je voudrais bien qu'aujourd'hui, qu'on nous rende un peu justice, madame, toutes celles et tous ceux qui, comme vous, se sont battus contre la contraception, contre l'éducation sexuelle. On peut dire que nous avons remporté ce succès-là. L'Éducation sexuelle, il me semble qu'on la met en place. Peut-être pas très bien, d'ailleurs, mais enfin, ça vient. La contraception, je n'en ai pas trouvé d'adversaires de la contraception. En tout cas, aujourd'hui, on vous dit oui, la contraception, mais pas l'avortement. Mais soyons logique. L'ultime recours, si il y a un échec. Il faut bien permettre à une femme d'avoir des enfants qu'elle désire".

"Pour moi, mère, femme, avocate, militante, politique, tout ça, c'est la même chose... "

Et la deuxième chose que je voulais dire, parce qu'elle me parait aussi importante encore que là encore, je le répète sans arrêt, c'est qu'il y a un abus de langage, une escroquerie que je dois dire en tant que mère. Je parle en tant que mère et que femme, parce que vous séparez. Pour moi, mère, femme, avocate, militante, politique, tout ça, c'est la même chose. Je ne suis pas à tiroirs. Je suis un être humain, que je voudrais être à part entière, et je voudrais que toutes les femmes le soit, et je n'ai pas de cloisonnement, donc ma bataille c'est la même. Je n'ai pas changé, alors je trouve que vous n'avez pas le droit de dire que lorsqu'un spermatozoïde rencontre par hasard un ovule, il y a un enfant. C'est une escroquerie fondamentale."

halimi620
Rédaction Ina le 29/07/2020 à 15:06. Dernière mise à jour le 29/07/2020 à 17:44.
Economie et société