Le gel a endommagé une partie du vignoble français lors de nuits particulièrement froides, entre le 6 et le 8 avril. Une catastrophe, comparable aux épisodes de gel tardifs de 1991 et 1974, comme le montre ce reportage à Châteauneuf-du-Pape.

Dans toutes les régions de France, les vignes et les arbres fruitiers ont été touchés par la vague de froid qui est tombée sur le pays le 6 avril, et qui n'est toujours pas terminée. Le gouvernement va déployer le régime de calamité agricole. Pour les viticulteurs, ce gel tardif du début avril rappelle les pires épisodes climatiques de ces dernières décennies, comme en 2017, mais surtout 1991 et 1974, où le gel avait saisi les vignes à la même période printanière, sans évoquer l'hiver 1956, particulièrement rigoureux. 

Le 24 avril 1974, un reportage de l'ORTF Marseille se rendait dans le village de Châteauneuf-du-Pape, à la célèbre production viticole. Malgré l'allumage de feux dans les vignes pour réduire les risques de gelées, les récoltes avaient particulièrement souffert, sans que les agriculteurs puissent encore tout à fait évaluer l'étendue des dégâts. Mais la catastrophe semblait évidente, car de mémoire de viticulteur, « on avait pas vu de froid pareil en cette saison depuis la récolte de 1945 ».

Pour aller plus loin : 

Reportage du 27 avril 1974 sur les dommages considérables des gelées printanières sur la production arboricole de la vallée du Rhône

Le 3 mai 1974, reportage sur les conséquences du mauvais temps sur l'agriculture.

Le 22 avril 1991, un reportage d'Antenne 2 sur l'épisode de gel qui a ravagé les vignobles français.

Le 23 avril 1991, un reportage du Journal télévisé Quercy Rouergue Actualités (France Régions 3) sur les dégâts causés par le gel en Tarn et Garonne. 

Rédaction Ina le 12/04/2021 à 14:27. Dernière mise à jour le 12/04/2021 à 14:31.
Economie et société