La BNF présente à partir du 22 octobre l'exposition "Tolkien, voyage en terre du milieu", consacrée à l'oeuvre du célèbre auteur britannique. C'est en 1954 que le romancier publiait en Angleterre et aux Etats-Unis les deux premiers tomes du Seigneur des anneaux, son œuvre la plus célèbre. Le public francophone devra pourtant attendre jusqu'en 1972 pour découvrir la première traduction de cette fantastique saga, chez l'éditeur Christian Bourgeois. 

En 1937, J.R.R Tolkien, professeur de langue et de littérature anglaises à Oxford, publie en Angleterre Le Hobbit, sorte d'introduction à sa future trilogie du Seigneur des Anneaux, fruit de son imagination et des récits qu'il élabore depuis les années 1910. Les deux premiers tomes du Seigneur des AnneauxLa Fraternité de l'Anneau, puis Les Deux tours, sont publiés en 1954.

En 1955 paraît Le retour du roi, le troisième opus d'une saga qui allait partir à la conquête du monde, comme le raconte le traducteur Robert Louit sur le plateau de l'émission Italiques : « Au début assez confidentiel, parce qu’au début c’est un livre qui coûtait extrêmement cher, le livre a été ensuite publié en Amérique, en 1965, en édition de poche ».

Le début d'un « phénomène absolument extraordinaire », avec pour principal public « les gens de moins de 30 ans » qui se « ruent sur le livre ». Immense succès éditorial, puisqu'en trois ans, entre « 1965 et 1968, ce livre a connu 20 rééditions en édition de poche ». Aux Etats-Unis, le livre devient culte durant les années 1960. Son univers est particulièrement apprécié de la culture hippie.

En France, on découvre Le Seigneur des anneaux vingt ans après l'édition originale...

Il faut cependant attendre 1972 et 1973 pour que l'édition française publie les trois tomes du Seigneur des anneaux. Christian Bourgeois reçoit en 1973 le prix du meilleur livre étranger pour cette aventure éditoriale. Le roman suscite immédiatement l'enthousiasme du public francophone, initié à l'œuvre de Tolkien dès 1969 avec la publication par les éditions Stock de Bilbo le Hobbit

En janvier 1973, six mois avant le décès du grand romancier britannique, l'émission Italiques consacrait un débat au Seigneur des anneaux et s'interrogeait sur la personnalité de Tolkien, décrit comme un « mythe vivant ». Un moment de télévision qui contribuait à faire connaître en France une œuvre dont l'immense succès ne se démentirait plus, aux quatre coins du monde...

Cyrille Beyer

Rédaction Ina le 31/08/2018 à 10:12. Dernière mise à jour le 09/10/2019 à 17:07.
Art et Culture