Renault affiche une perte abyssale de 8 milliards d’euros en 2020. Une année noire marquée par la crise sanitaire qui a fait reculer les ventes de 21,3%. Retour à une époque plus heureuse pour le groupe au losange. En 1972, la nouvelle Renault 5 était promise à un bel avenir.

Le 27 janvier 1972, quelques semaines avant le début de sa commercialisation, la nouvelle Renault 5 était la vedette de Bretagne actualités. Sur une route du Morbihan, la petite soeur de la Renault 4 dont elle reprend en partie la mécanique, dévoilait son esthétique moderne, oeuvre du designer Michel Boué. 

Un responsable de Renault, M. Rolland, expliquait la sortie de cette nouvelle petite citadine par les transformations sociétales : « On constate qu'il y a un besoin de voitures au coeur des villes, qu'il y a une extension de la périphérie des villes, et qu'il y a aussi de plus en plus de liaisons de ville à ville. Nous avons cherché à faire un véhicule qui s'adapte au mieux à l'urbanisme de notre temps. »

renault620

Au volant de la Renault 5, le journaliste est élogieux, notamment en ce qui concerne le « confort, soigné avec une intention particulière, la suspension souple et l'habitabilité intérieure spacieuse au point d'accueillir quatre personnes ». 

Parmi les options proposées par le constructeur au losange, des « vitres teintées, un toit ouvrant » ou même un « récepteur radio ». 

La Renault 5 est l'un des plus grands succès de Renault. Voiture mythique, produite jusqu'en 1984 à près de 6 millions d'exemplaires, elle détient le record de la voiture la plus vendue en France pendant 10 ans, de 1974 à 1983.

Rédaction Ina le 19/02/2021 à 12:20. Dernière mise à jour le 19/02/2021 à 12:21.
Economie et société