A l'heure où tous les laboratoires du monde entier cherchent le vaccin qui nous protégera du Covid 19, regardons comment les chercheurs tentaient d'endiguer le virus de la grippe en 1971. Direction, la Grande-Bretagne dans un laboratoire de pointe...

En décembre 1971, Vingt quatre heures sur la deux, le magazine d'information d'Antenne 2 entraînait les téléspectateurs sur les pas des "chasseurs de virus", pour cela direction de l'autre côté du Channel. La caméra suit un facteur transportant un petit paquet en provenance de Madrid à l'allure anodine. Mais ce colis n'a rien d'inoffensif, "il y a dedans assez de virus pour contaminer l'ensemble du monde !".

De quoi donner la chair de poule en effet. Le reportage nous fait pénétrer "au centre du Scotland Yard de la grippe où un Sherlock Holmes en blouse blanche, Geoffrey Shields, suit jour après jour, la marche du virus grippal dans le monde..."

virus620

Cette année là, le virus grippal arrivait de Canton en Chine et avait traversé le monde en quelques mois, son nom Hong Kong A2, "un virus surveillé par les 94 centres de la grippe répartis sur toute le Terre..."

Les équipes de virologues, dirigées par le docteur Shields, testaient et étudiaient les virus prélevés un peu partout pour détecter toute mutation. Le commentaire précisait : "il faudrait aussitôt préparer un nouveau vaccin protecteur tenant compte de ce changement." Une opération qui prendrait du temps selon Geoffrey Shields : "Il semble que la durée de préparation d'un vaccin a été réduite de six semaines à deux mois alors que jusqu'à présent, il fallait de trois à quatre mois pour la préparation d'un grand nombre de doses de vaccin par les méthodes utilisées." Un véritable progrès "quand on sait qu'un seul grippé peut contaminer 75 000 personnes en sept jours", confirmait le journaliste.

En complément du vaccin, les équipes s'affairaient à la mise au point de médicaments antiviraux, à l'époque le commentaire précisait que faute de médicaments antiviraux, "seule la vaccination est efficace à 70%".

En conclusion du reportage, le docteur Clément précisait : "Ici comme ailleurs, la recherche de nouveaux médicaments contre les maladies à virus continue. Les médicaments contre les maladies à virus sont difficiles à trouver. Les méthodes de recherches très originales employées ici nous permettent d'espérer que dans un avenir, que je souhaite aussi proche que possible, ces médicaments puissent être mis à la disposition de ceux qui en ont besoin."

Rédaction Ina le 07/04/2020 à 15:53. Dernière mise à jour le 07/04/2020 à 16:03.
Sciences et techniques Médecine, Santé