Le musée des Art décoratifs consacre une exposition aux chaussures : "Bien dans ses pompes ? La chaussure, la marche, la démarche". Retour dans les années 70, à l'époque, les médecins tiraient la sonnette d'alarme sur les dangers des talons hauts pour la santé selon eux.

Au début des années 70, les chaussures à talons hauts font un boum. Les hommes les adorent et les femmes les adoptent. Mais les médecins tirent la sonnette d'alarme. Ils l'affirment : les talons hauts sont mauvais pour la santé.

En octobre 1973, le Comité de vigilance pour la protection de la santé pousse un cri d'alarme et alerte notamment les femmes sur les conséquences néfastes des talons sur leur corps.

Ce médecin est affirmatif : "Nous voyons constamment des femmes qui souffrent des pieds de façon très pénible, ce qui les oblige à arrêter de travailler, à se faire opérer éventuellement. Ce sont des souffrances inutiles et nous pensons que si les femmes étaient chaussées correctement […] on éviterait un certain nombre d'ennuis, de douleurs, d'arrêts de travail qui sont très néfastes pour la collectivité et pour l'individu en particulier".

Il poursuit : "Malheureusement, l'élégance n'est pas compatible, telle qu'elle est conçue par les fabricants, avec l'anatomie et la physiologie du pied. Ces chaussures sont pointues, donc étroites et les orteils capotent les uns sur les autres et se resserrent et ça donne des oignons, dans le langage vulgaire, des orteils en marteaux ou des douleurs. Et deuxièmement, le pied glisse encore plus volontiers à l'avant et va se heurter à l'extrémité de la chaussure, ce qui va déclencher des douleurs".

Après ce constat sans appel, la journaliste ajoute que trop rigides, elles entraînent des chutes, des fractures, voire "des accidents de voiture, si on n'a pas pris la peine de changer de chaussure". Elle ajoute que les hauts talons entraînent "un déséquilibre du corps tout entier et provoquent des douleurs et des arthroses des genoux et de la colonne vertébrale"

Le médecin décrit ensuite en off les qualités de la chaussure idéale: "La chaussure idéale doit avoir un talon qui ne dépasse pas 4 à 5 centimètres. L'extrémité de la chaussure doit être large de façon à ce que les orteils soient à l'aise. Et le matériau doit être souple et suffisamment tonique, de façon à ce que le cuir ne soit pas avachi".

La journaliste conclut en rappelant que le comité de vigilance pour la protection de la santé appelle au bon sens et à ne pas adopter "de chaussures anti-physiologiques proposées par les modes successives" et souhaite que les fabricants lui portent une oreille favorable.

Ce débat a débuté en 1972 et ne faisait pas l'unanimité.

Par exemple chez ce chausseur, créateur de modèles pour femmes et hommes, qui affirme alors que les chaussures à talons hauts sont utiles pour sublimer la silhouette de la femme et pour que les hommes restent plus grands que les femmes : "Un homme a besoin de se sentir plus grand qu'une femme. Automatiquement, il est très content d'avoir des chaussures à talons hauts. Concernant les talons compensés qu'il lançait cette année-là, il affirme que : "c'est très facile de marcher avec des chaussures à talons hauts, vu que la cambrure ne change pas et que le talon est compensé par la semelle".

Un médecin interrogé répond ironiquement que ces chaussures compensées :"ressemblent terriblement aux chaussures orthopédiques des hôpitaux pour les gens qui ont un raccourcissement d'un membre…" et que dans l'impossibilité de plier le pied : "l'articulation ne fonctionnera pas". Quant aux chaussures féminines à talons hauts, il décrit leurs méfaits : "déformation des orteils, atteinte des articulations de la cheville, du genou, de la hanche, déviation vers l'avant du bassin et répercussion sur toute la colonne lombaire et même parfois cervicale".

En mai 1973, un autre sujet est consacré aux talons hauts qui pullulent avant l'arrivée de l'été.

Le journaliste constate amusé que "certes, ils font grandir la femme de quelques centimètres et évitent d'avoir les pieds mouillés quand il pleut mais sur les pavés, ils sont plutôt instables et ce que risque la femme c'est l'entorse…" Il se demande si l'on peut conduire avec un pareil talon ? Il pose la question à une jeune femme au volant, chaussée de talons hauts. Elle déplore que ce sont plutôt les semelles épaisses qui la gênent : "on ne sent rien, on roule avec du bois et je trouve que c'est assez dangereux." Quand il lui demande pourquoi elle porte des talons hauts, elle répond : "parce que j'aime ça et j'ai un mari qui adore ça. Et je ne peux pas lui faire ça… Porter des chaussures plates".

Le docteur Dubois, podologue explique ensuite le rôle du talon qui soutient : "la cambrure du pied, normale, physiologique. Pour aider à la sustentation. Mais en fonction de sa hauteur, il va jouer un rôle différent. Il peut avoir un rôle nocif en fonction de la physiologie du pied".

Il décrit un modèle de bottines compensées portée par un mannequin : "à patins" et "un peu moyenâgeuse", qu'il juge moins nocives, grâce à la compensation qui évite les dangers des talons hauts mais il relativise :"ce qu'on risque avec ce type de chaussures, ce sont surtout les entorses". Quant aux talons, il met en garde contre les douleurs qui peuvent apparaître sur l'avant-pied et les orteils : "parfois très graves, nécessitant des opérations chirurgicales".

talons620

Pour aller plus loin

JT Toulouse : Toulouse, visite en musique et en couleur du salon régional de la chaussure. (17 septembre 1973) 

A2 Le Journal de 13H : Le retour des hauts talons "affinant la silhouette des femmes. (3 décembre 1991) 

JT 20 heures de France 2 : tendance aux chaussures compensées... ne font pas l'unanimité : les femmes adorent, les hommes abhorrent. (5 mai 2007) 

A l'école des hauts talons : Comment venir en aide à ces dames pour assumer à fond leur féminité ? En apprenant à marcher sur des hauts talons, bien-sûr ! (Vidéo AFP, 14 octobre 2009) 

19-20 Edition Bretagne : les femmes et les talons hauts. "Nicolas Guéguen, chercheur en sciences du comportement à l'université de Bretagne-Sud, le comportement des hommes envers les femmes est directement influencé par la hauteur de leurs talons. Plus les talons des dames sont hauts et moins les messieurs sont indifférents.  (24 décembre 2014)

13 heures : Londres - Pétition contre les talons obligatoires, après qu'une jeune femme ait été licenciée pour avoir refusé de porter des talons. (13 mai 2016)

Rédaction Ina le 31/10/2019 à 15:46. Dernière mise à jour le 31/10/2019 à 16:49.
Economie et société