La Chine interdit la consommation d'animaux sauvages et notamment du pangolin suspecté d'avoir transmis le coronavirus. Ce petit mammifère est en voie de disparition. C'est l'animal le plus chassé au monde. En cause, ses écailles qui auraient des propriétés aphrodisiaques. En 1969, l'émission "Les animaux du monde" en recevait un, plutôt récalcitrant...

Cette Journée mondiale vise à alerter l'opinion sur la situation désespérée de ce mammifère édenté, à écailles, qui ne se nourrit que de fourmis et de termites. Selon les estimations, jusqu’à 2,7 millions de pangolins auraient été chassés dans les forêts d’Afrique centrale. Un massacre justifié par des croyances conférant à ses écailles des vertus médicinales et aphrodisiaques.

En 1969, ce pangolin, venu de Brazzaville, présenté sur le plateau de l'émission animalière, avait d'autres soucis à gérer : tenter d'échapper aux mains expertes de Francis Petter, sous-directeur du Muséum d'histoire naturelle. Le petit animal récalcitrant va lui donner bien du fil à retordre, sous les yeux amusés de la présentatrice Marilyse Lowenbach. Le petit animal inoffensif se tord dans tous les sens, visiblement très mécontent d'être ainsi exhibé... avant de s'enfuir dans le décor.

Le pangolin a de quoi s'agacer : le spécialiste l'exhibe devant les caméras, en le tenant fermement par la queue, la tête en bas. Il évoque les origines, les caractéristiques et le comportement du pangolin à son état naturel : "le pangolin est un animal répandu en Asie et en Afrique. Celui que je vous présente est un pangolin arboricole qui m'a été envoyé de de Brazzaville, où il a été acheté sur un marché."

Marilyse Lowenbach lui demande s'ils sont comestibles ? Il répond par l'affirmative : " Ces animaux sont évidemment comestibles, au même titre que pourrait l'être chez nous un lapin de garenne. Lui a un régime très spécifique, il ne mange que des fourmis et des termites et accepte extrêmement mal, en captivité, de se nourrir d'une alimentation artificielle."

Ils comparent ensuite le mammifère qui continue à se tordre "à une pomme de pin. Il a les écailles qui s’emboîtent les unes dans les autres".

Le spécialiste tente vainement de canaliser l'animal, qui commence sérieusement à s'agiter, et essaye de le mordre… malgré son absence de dents.

"Et cette carapace d'écailles imbriquées lui permet de se protéger d'une part de ses ennemis et de circuler plus facilement dans les trous dans lesquels il s'introduit". Le pangolin arrive finalement à se mettre en position de défense, c’est-à-dire en boule et à se calmer. Une position dans laquelle Francis Petter parvient à le maintenir tout en continuant sa description.

pangolin620

"La tête est protégée latéralement sous la queue par les pattes. Et il est difficile, ses écailles étant relativement coupantes, pour un petit prédateur, qui serait une mangouste, de l'attaquer sans risquer de se faire blesser. Il ne peut pas mordre car il n'a pas de dents. Il est simplement protégé par ses écailles et par ses griffes".

Francis Petter explique ensuite la particularité de sa très longue langue qui se replie à l'intérieur de l'abdomen : "elle peut atteindre la taille de l'animal lorsqu'elle se déplie."

Le pangolin parvient à s'enfuir sur le plateau, détruisant une partie du décor. Pendant que le chercheur tente de le récupérer, des images du pangolin dans son milieu naturel "qui vit dans les arbres" sont commentées en off.

Pendant ce temps, le pangolin, qui a fini par échapper complètement au professeur, visite consciencieusement le décor...

Si en 1969, le pangolin était encore une espèce prospère, un rapport de l’ONG Wildlife Justice Commission (WJC) rendu public le 10 février 2020, dénonce "la croissance rapide du trafic à l’échelle industrielle des écailles de pangolin (2016-2019)". L’enquête fait état de 206 tonnes d’écailles confisquées aux trafiquants au cours de 52 saisies sur cette période. Soit entre 57 000 et 570 000 animaux sacrifiés. L'augmentation des saisies traduit une intensification du trafic. Le pangolin tient-il sa revanche ? La communauté scientifique le soupçonne d'avoir transmis le coronavirus chinois qui s'étend à l'homme... 

Pour aller plus loin : le pangolin, l'animal le plus chassé au monde

Présentation du pangolin, un mammifère ressemblant à un animal préhistorique avec son corps couvert d'écailles. Cette espèce est menacée car d'après une croyance africaine, les écailles de l'animal auraient des vertus aphrodisiaques. Dans la savane kényane, le pangolin se laisse approcher par le zoologue Armand Denis. Celui-ci donne du lait à boire au pangolin et le porte. (23 novembre 1986)

19-20 Edition Paris Île-de-France : Saisie extraordinaire d'écailles de pangolin à Roissy. 250 kilos d'écailles de pangolin. Il s'agit d'un petit fourmilier dont la carapace est réputée aphrodisiaque. (10 juillet 2014) 

Le Pangolin menacé par le trafic et le réchauffement climatique. Ce petit mammifère couvert d'écailles est devenu l'espèce la plus chassée au monde par les braconniers : en dix ans, plus d'un million auraient été tués. Victime de sur-chasse en Asie du sud-est, il est aussi traqué aujourd'hui dans les forêts tropicales d'Afrique de l'Ouest. Et le réchauffement climatique pourrait aussi représenter une menace pour cette espèce. (30 janvier 2018)

13 heures : Indonésie - Les pangolins, une espèce en danger. Reportage consacré au trafic illicite d'écailles de pangolin. Le pangolin est un mammifère édenté possédant un corps recouvert d'écailles. Cette espèce est menacée et en voie de disparition. D'après certaines croyances, les écailles du pangolin auraient des vertus médicinales et se vendent très chères sur le marché. En Indonésie, une association lutte contre ce trafic et tente de protéger cette espèce. (30 octobre 2018)

13 heures : Commerces et trafics d'espèces animales menacées. Reportage consacré à la conférence internationale qui s'est tenue à Genève pour la protection des espèces menacées dans le monde. Parmi les espèces animales menacées, on compte l'éléphant d'Afrique et la girafe. Images d'archives de saisie de défenses d'éléphant s'élevant à 9 tonnes d'ivoire et de saisie de 12 tonnes d'écailles de pangolin à Singapour datant de juillet 2019, d'images d'animaux en voie de disparition (pangolins, éléphants, girafes, tortues marines). (17 août 2019)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 17/02/2020 à 12:09. Dernière mise à jour le 06/04/2020 à 15:57.
Sciences et techniques La vie