En 1969, la romancière et cinéaste Marguerite Duras était interviewée pendant le tournage de son film "Détruire, dit-elle", d'après son propre roman, publié la même année. Elle proposait la thèse radicale de "tout casser et de recommencer", depuis l'Histoire violente à oublier aux injustices sociales à dépasser.

« Je suis pour qu'on ferme toutes les universités, toutes les écoles, profondément. On recommence tout. Le départ à zéro. Je suis pour qu'on oublie l'Histoire. L'Histoire de France, l'Histoire du monde. Complètement. Qu'il n'y ait plus aucune mémoire de ce qui a été vécu. C'est-à-dire de l'intolérable. Sur tous les fronts, sur tous les points. Tout casser. Dans "Détruire", j'essaye de situer le changement de l'homme, le stade révolutionnaire, au niveau de la vie intérieure. Je crois que si on ne fait pas ce pas intérieur, si l'homme ne change pas dans sa solitude, rien n'est possible. Toutes les révolutions seront truquées. ça je le crois profondément. Si vous avez (l'hôtel) Negresco et la plage, le Negresco plein et la plage pleine de campeurs, il y a trois solutions possibles. Ou bien on chasse les campeurs, ou on chasse les gens du Negresco, ou bien on met les gens du Negresco sur la plage et les campeurs dans le Negresco, ou on rase. On rase tout et on met tout le monde sur la plage. C'est ce que je voudrais. Tout le monde sur la plage. On casse tout et on recommence. »

Rédaction Ina le 06/05/2020 à 15:40. Dernière mise à jour le 11/05/2020 à 07:51.
Art et Culture